Un album de punk rock musclé qui tente de passer un message puissant

Le groupe punk américain Bad Religion est de retour plus fort que jamais. Le guitariste Mike Dimkich et le batteur Jamie Miller, remplacent Greg Hetson et Brooks Wackerman, Bad Religion met fin à leur collaboration avec Joe Barresi, qui avait produit et mixé tous les albums depuis The Empire Strikes First en 2004.

Voici Age of Unreason : 14 pièces dans un punk rock enragé qui fait la réputation de la bande depuis 39 ans déjà. L’album a été produit par Carlos de la Garza (Jimmy Eat World, Paramore, M83). Malgré tous ses changements draconiens, le 17e album ne fait pas d’exception : on rentre dans une musique intrépide et engagée sur les thèmes de la valeur de la vérité, le prix de la liberté, d’équité, la tolérance et la justice des mieux nantis, le climat actuel de l’autre côté de l’Atlantique sans oublier quelques chansons en mode « anti-trump » pour mettre feu aux poudres et faire rugir la machine Bad Religion.

Greg Graffin et ses compères continuent de faire entendre leur colère dans leur punk rock protestataire qui ne semble pas avoir pris une ride. Dans son ensemble, l’album est efficace. Cependant, on a compris le concept « fuck you trump » un peu trop galvaudé à mon goût.

Dans la 17e galette, ce qui nuit souvent à la qualité lyrique des chansons, on aimerait un autre angle pour faire passer le mot. Age of Unreason, c’est un album de punk rock musclé qui tente de passer un message puissant et de redonner l’espoir qu’un jour l’univers prend conscience de l’ampleur de nos gestes dans ce monde opportuniste.

Chansons coup de cœur :

  • My Sanity
  • Chaos From Within
  • End of History
  • Age of Unreason
  • Downfall




Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!