Un album déchirant qui met le cœur au vif

Deux ans après son album très rock, j’ai nommé l’intense White Noise, Noah Gundersen nous offre un quatrième album.

Les dernières années ont été difficiles pour l’artiste avec des attentes sans happy ending, des relations jetables, des périodes d’abus de drogues intenses.Voici Lover : 13 pièces dans une pop folk électro introspective et touchante qui s’éloigne de distorsion des guitares et s’oriente plutôt vers la distorsion de l’âme.

Un album enregistré et produit en  tandem avec son ami et producteur Andy Park dans son appartement ; Noah Gundersen livre des chansons profondément personnelles et bouleversantes. On y raconte l’échec de l’amour, la drogue et ses vertiges, son voyage à travers l’obscurité, les regrets qui rongent par en dedans, et enfin, trouver la paix et accepter la solitude.

Gundersen continue de mettre sans demi-mesures sa voix pleine de blessures et sa plume comme un message lancé dans une bouteille à la mer. Dans des arrangements entre électro et acoustique ; l’univers de Gundersen n’en reste pas moins fascinant et chaotique. Une sorte de mélange entre Bon Iver, The Weeknd et Damien Rice. Personnellement, je le préfère sans artifice, avec sa guitare et son piano, mais dans l’ensemble c’est beau.

Noah Gundersen nous chante sa vision de l’homme dans le reflet du miroir qu’il voit et c’est poignant. Lover, c’est un album déchirant qui met le cœur au vif.

Chansons coup de cœur :

  • Robin Williams
  • Lover
  • Kamikaze
  • Watermelon
  • Audrey Hepburn
  • Older
  • Wild Horse

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!