De la pop nostalgique et incisive !

Après 2 albums à expérimenter sa pop dans divers univers sonores électro, hip-hop, pop baroque avec Lust For Life et Honeymoon — ce qui ne m’a pas déplu, mais il manquait un petit quelque chose —, Lana Del Rey nous offre un cinquième album pour renouer avec le passé.

Voici Norman Fucking Rockwell ! : 14 pièces qui retournent aux sources des ballades pop rétro ambiantes qui nous rappellent un peu l’esprit de ses albums Ultra violence et Born To Die, quelquefois lors de l’écoute. Produit par la femme de 35 ans et Jack Antonoff (Bleachers, Charli XCX, Lorde, Pink, St. Vincent Taylor Swift), Rick Nowels (Adele, Sia, Santana) Andrew Watt (Post Malone. Justin Bierber Shawn Mendes) et Happy Perez.

Lana Del Rey offre des chansons cafardeuses aux rythmes brumeux et psychédéliques. Sur des textes qui dépeignent la vision de l’Amérique, l’amour apocalyptique, éloge funèbre de la culture pop et de la planète. On y va dans la profondeur.

Lana Del Rey explore ici les inclinations de la tristesse avec sa voix nuancée et sentimentale qui nous envoûte. L’album le moins commercial de l’artiste, mais le plus élégant. Norman Fucking Rockwell !, c’est de la pop nostalgique et incisive digne de sa distinguée signature.

Chansons coup de cœur :

  • Venice Bitch
  • Fuck It I Love You
  • Love Song
  • Mariners Apartment Complex
  • California
  • Hope is a dangerous thing for a woman like me to have – but i have it

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!