Un désastre même avec la meilleure des intentions

Dans la catégorie « ils ne sont pas morts eux ? », voici le retour du groupe californien Hoobastank avec un septième album.

Après Fight Or Flight en 2012, voici Push Pull : 11 pièces dans un virage pop presque disco (je ne joke même pas). L’album a été produit par Matt Wallace (3 Doors Down, Maroon 5, Andy Grammer, etc.).

Oui, on s’éloigne du rock alternatif du passé et on s’éloigne également de la cohérence dans leurs idées. Ça me rappelle l’évolution assez fade et décevante que Panic At The Disco avait faite (OK disons donc plutôt Brendon Urie At The Disco !). Peu importe, on va en reparler dans pas long du prochain Panic At The Disco ; ça peut être surprenant… qui sait ?!

Revenons à l’écoute longue et ardue et dégoulinante de clichés insupportables ! Hoobastank dégringole devant nous.Douglas Robb continue de fausser, ce qui rend l’écoute à dures épreuves (sans blague, j’ai dû mettre sur « pause » parfois). J’ai tenté de trouver quelques qualités à cet album qui sonne fake, mais malheureusement c’est un gâchis.

Push Pull : un désastre même avec la meilleure des intentions. On en ressort déçu ou agressif d’avoir perdu du temps ; bref, c’est vraiment de très mauvais augure. Un retour raté.

Hoobastank tombe bas et la chute sera monstrueuse… Hish watchout !

Chansons coup de coeur :  Aucune





Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!