Une expérience trop longue et désordonnée !

À peine un an après la parution de A Brief Inquiry Into On-line Relationships, le quatuor de Manchester The 1975 est de retour avec un nouvel album qui aurait dû arriver plus tôt.

The 1975 avait envie de reprendre les armes et de stimuler davantage ses esprits tordus. Voici Notes on a Conditional Form : 22 pièces dans un cocktail de musique explosive qui passent par le rock, le dancehall, le pop et l’électro. Produit par le groupe, l’album propose des invités comme Phoebe Bridgers, Fka Twigs, reggae jamaïcain et DJ Cutty rank, avec même des moments symphoniques et un discours de la militante climatique Greta Thunberg.

Le quatrième album a été enregistré dans 16 studios différents, ce qui en fait l’œuvre la plus longue et la plus décentrée du groupe. The 1975 continue de mettre l’accent sur sa pop over autotuner groovy habituel. Healy semble chantée de façon plus authentique que jamais, selon les dires.

Sur des chansons aux textes mi-figue mi-raisin qui racontent les chimères et les plaisirs de leurs générations et surtout l’amour juvénile. Dans une production complexe et impressionnante. Le quatrième album va trop partout, ce qui rend l’écoute décousue ;  étonnement, c’est lorsque leur musique prendre des airs de folk feutré ou de pop ambiante que les choses prennent vie.

Car, moi, les chansons de pop hyperactives qui racontent que du vent, ça me refroidit. Sinon, Notes on a Conditional Form, c’est une expérience trop longue et désordonnée qui arrive à peine à m’allumer l’esprit. The 1975 commence à m’irriter, malgré le talent plus qu’évident…. Mauvais bad trip.

Chansons coup de cœur :

  • Jesus Christ 2005 God Bless America
  • Don’t Worry
  • People
  • Guys




Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!