Fine Line : Une œuvre unique signée Harry Styles

La Californie dans les années 80, ça vous dit ? C’est un saut dans le passé que nous offre le Britannique Harry Styles avec son nouvel album, Fine Line, disponible partout ce vendredi 13 décembre 2019.

Après avoir lancé anonymement la mystérieuse campagne intitulée « Sais-tu qui tu es ? » (Do You Know Who You Are?) le 10 octobre dernier, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, Harry Styles annonçait la sortie de Lights Up, un premier simple depuis 2017. C’est dans ce premier titre — qui mènera tranquillement vers la parution de son nouvel album — que le jeune chanteur britannique s’ouvre sur sa rupture difficile vécue au cours des derniers mois.

Adepte de la musique pop et soft-rock des années 60, 70 et 80, Styles s’est entre autres grandement laissé inspirer par les Van MorrisonPeter GabrielPaul McCartney et Crosby, Stills & Nash du précédent millénaire. On reconnaît d’ailleurs certaines de ses inspirations sans trop d’effort.

Enregistré en Californie, on comprend dès la première piste, Golden, que l’album sera imprégné de l’ambiance de la côte ouest des États-Unis. Elle nous donne envie de nous laisser dorer la peau sous le chaud soleil de Malibu avant d’aller terminer la soirée près du jukebox du bar du coin. Si les paroles sont par moment assez simples (« Golden, you’re so golden »), elles sont fidèles aux habitudes de l’auteur-compositeur-interprète.

Sur les douze pistes que compte ce nouveau disque, sept ont été présentées en primeur à une poignée d’adeptes de Styles lundi dernier, à Montréal, lors d’une écoute privée. Le chanteur a offert cette chance à quelques dizaines de personnes de différents endroits sur la planète, dont l’Italie, le Japon, les Pays-Bas et bien sûr, le Canada.

Watermelon SugarAdore You et Lights Up, les trois titres déjà disponibles sur plusieurs plateformes de musique, ne font pas exception à la règle en ce qui concerne leur composition : Styles réutilise les mêmes mots, les mêmes phrases. Dans leur cas, c’est la mélodie ajoutée aux paroles qui fait toute la différence et qui nous entraîne dans l’univers du Britannique. À travers Sunflower, Vol. 6, il nous amène d’ailleurs complètement ailleurs et nous n’avons pas de mal à le croire lorsqu’il dit avoir expérimenté la consommation de certaines drogues lors de l’enregistrement de ce disque. Styles mélange le style populaire et psychédélique où il conclut l’œuvre par des cris. Ça surprend, mais espérons que ça en fera sourire plus d’un.

En décidant d’écrire cet album, le chanteur du populaire boys band de la décennie a suivi les conseils de Kid Harpoon, l’un des producteurs. Il nous livre ainsi un album où il aborde non seulement sa rupture avec son ex-copine, mais aussi, ses vulnérabilités. Celui qui propage un message d’acceptation de soi et de glorification de la différence se permet à son tour de s’ouvrir et d’accepter des facettes moins roses de sa personne.

L’avant-dernière pièce présentée en primeur ce lundi, She, complétait bien les précédentes. Moins rythmée que ces dernières, mais sans toutefois quitter l’ambiance des années 80, la mélodie du huitième titre de l’album donne l’impression d’être la dernière chanson de la soirée, celle que l’on écoute alors que les lumières s’ouvrent peu à peu, empreint de nostalgie.

Finalement, coup de cœur assuré pour Falling qui réussira sans aucun doute à conquérir les adeptes de Styles. La pièce, qui nous rappelle la bien connue Sign Of The Times tirée de son premier album éponyme, est une ouverture sur sa rupture avec son ex, la mannequin et actrice Camille Rowe. L’auteur a fait preuve d’une très grande honnêteté en écrivant certaines de ses paroles, dont celles où il sous-entend l’avoir trompée. Sa fragilité est évidente et rejoindra certainement bon nombre d’adolescentes, qui forment en grande partie son public fidèle.

Qu’il ait été découvert à ses débuts au sein du groupe One Direction ou encore, par son dernier simple, Harry Styles peut compter sur ses millions d’auditeurs à travers le monde pour faire de cet album un succès.

À découvrir vendredi : Cherry, To Be So Lonely, Canyon Moon, Treat People with Kindness et Fine Line.

Harry Styles sera de passage au Centre Bell le 30 juin 2020. Pour tous les détails et pour se procurer des billets. c’est ici.

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!