Du hard metal vide de sens

Après la mort de Dolores O’Riordan en 2017, Bad Wolves fait irruption auprès du grand public avec sa reprise de Zombie des Cranberries. Puis un premier album qui rugit dans nos tympans, Disobey en 2018, et une tournée des arénas avec Five Fingers Death Punch, Papa Roach, etc.

Voici venu le temps du second album pour la bande. Voici N.A.T.I.O.N. : 12 pièces dans un hard rock lourd qui suit la ligne tracée du premier album. Une plume taciturne et colérique qui galvaude la dureté de la vie et les peines d’amour pleines d’amertume dans des chansons angoissantes.

Entre Godsmack et Papa Roach, mais en plus cheap. Dans des arrangements de guitares surchargées d’agressivité qui finissent par rendre dépressif le long de l’écoute. Sans oublier les ballades à la Staind qui nivellent par le bas. Les insupportables « vocals » du chanteur Tommy Vext, qui se prend un peu trop à mon gout pour Sully Erna dans ses mélodies metal.

Bad Wolves est l’exemple parfait que le succès peut être éphémère et sans suite. OK, sa musique est percutante, mais pas assez pour passer par-dessus le manque de profondeur et les paroles de kid en beau fusil   et la pochette de très mauvais goût qui se la joue hard cold macho qui ne doit rien à personne.

N.A.T.I.O.N., c’est du hard metal vide de sens et d’originalité. J’ai perdu mon temps…

Chansons coup de cœur :

  • Crying Game
  • Killing Me Slowly
  • No Messiah

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!