Marc Aubin – La Justicière : la finale des coupables

Connaissez-vous Marc Aubin? Scientifique? Financier? Joueur? Écrivain? Celui-ci a plusieurs cordes à son arc. Diplômé de l’Université McGill en neurobiologie, il se lance très tôt en affaires et fonde plusieurs entreprises dans le domaine médical. Il est un passionné de la finance, du poker et du bon vin. À la suite de la création d’un blogue pour partager ses centres d’intérêts, il prend goût à cet exercice d’écriture et entame un nouveau projet : écrire un livre.

Quand il a commencé celui-ci, il se promet de publier un roman glauque et dérangeant, dans le style de Patrick Sénéchal et Martin Michaud,deux auteurs bien connus dans la catégorie du polar. Pari réussi, son livre a déjà atteint le niveau de 5000 exemplaires vendus. Ce qui est un succès pour le milieu de la littérature québécoise.

“La Justicière”, celle-ci porte vraiment bien son nom. Cette meurtrière en série se donne le droit d’aider la justice, celle qui permet à des coupables d’être remis en liberté avec une peine minimale ou bien d’être acquittés par manque de preuves admissibles. Elle exécute ses crimes en fonction du type de criminel auquel elle s’en prend. On y voit des rapprochements avec des délits qui ont vraiment existé tel qu’une fraude monétaire envers des gens qui ont tout perdu à cause de leur confiance à ce fraudeur ou celui d’un père qui tue ses enfants avant de procéder à un suicide manqué.

Ce livre à deux sujets distincts tout en étant en corrélation : celui d’une enquête policière et le cheminement d’une dominatrice professionnelle du sado-masochiste. Les chapitres concernant le sado-masochiste sont un peu intrigants et pas toujours rassurants. On y voit toute la panoplie des actes liés à ce domaine, en passant par les jeux de rôles, la domination, les sévices corporels et plus encore. Les fantasmes sont parfois très percutants et même dégoûtants. Je vous avoue qu’il y a un chapitre que je n’ai pas pu finir. À vous de voir!

L’enquête est bien ficelée et intéressante; on veut toujours en savoir plus. L’inspecteur Jacques Fournier et ses acolytes de différents milieux policiers nous conduisent dans les dédales de cet imbroglio. Les figures féminines foisonnent en lien avec le domaine judiciaire telle que policière, avocate, journaliste, pathologiste, entre autres. Le roman nous tient en haleine du début à la fin, qui est cette justicière ? Très difficile de le savoir, on ne connaît sa véritable identité qu’aux dernières pages du livre. Avez-vous plus de flair que nous? Serait-ce le début d’une série concernant une vendetta entre l’inspecteur Fournier et La Justicière? À suivre…

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!