Les sœurs Boulay – Échapper à la nuit

Beaucoup d’eau a coulé sur les ponts pour Les sœurs Boulay. Stéphanie vit à mi-temps à la campagne, écrit des livres, a fait un album solo, et Mélanie a eu deux enfants avec son conjoint, l’humoriste Guillaume Wagner. Elle se concentre sur l’essentiel, c’est-à-dire sa vie de famille.

Entre tout ça, la vague de dénonciations du mouvement #MeToo, la perte de leur gérant et de leur maison de disques qui mène dans un processus judiciaire drainant et décourageant avec Dare To Care. Mais là tout est derrière eux.

Trois ans après le sublime opus La mort des étoiles (2019), et une pause en 2020 qui ont mené les sœurs auteures-compositrices-interprètes chacun dans leur espace à réfléchir à leur prochain chapitre, Les sœurs Boulay signent avec Simone Records et elles reviennent avec un quatrième album presque dix ans après leur premier disque Le poids des confettis.

Voici Échapper à la nuit, 12 pièces qui délaisse le folk acoustique et embrasse des rythmes pop électro à la plume franche et bien affilée. Cette fois-ci, elles ont choisi le réalisateur Connor Seidel (Matt Holubowski, Elliot Maginot, Half Moon Run, Charlotte Cardin) pour la suite de l’aventure du duo.

Les sœurs Boulay arrivent avec des chansons sans métaphore qui résonnent haut et fort de résilience et réflexions sans sombrer dans la noirceur de la colère. La relation tumultueuse avec les réseaux sociaux, la culture du silence, le rôle de belle-maman, les grandes tornades de la vie, quelques observations tranchantes sur la société du moment présent qui inflige de grands bouleversements, #MeToo et les combats qu’on mène au front, la famille et ses blessures profondes, les remises en question avec un peu d’autodérision dans ses paroles, loin de la poésie d’autrefois.

On a choisi de creuser dans la véracité des propos troublants sur des synthés aériens, des rythmes spectraux électros dansants, à peine de la guitare acoustique et peu de piano nu entre les mots qui effleurent la peau. Tandis que la signature reste la même, dans les mélodies vocales larmoyantes, en parfait équilibre des sœurs Boulay qui nous empoignent l’âme.

Avec quelques effets autotune ou vocoder qui me laissent perplexe. Ce qui rend la première écoute avec quelques réserves. Mais plus on l’écoute, plus on est absorbé par les ambiances du quatrième album le plus aventureux à ce jour.

Les sœurs Boulay se choisissent et offrent son album le plus éloquent de leur discographie. Échapper à la nuit, c’est un album pop empreint d’histoires qui finissent sur des notes d’espoir malgré les chemins qu’on traverse pour affronter la musique qu’elle en soit le prix. Brasillant, mirifique et somptueux.

Chansons favorites :

  • Comme si
  • Pas sa mère
  • Les lumières dans le ciel
  • Je vais te faire danser
  • T’a gardé le silence
  • Surtout, surtout
  • Échapper à la nuit
  • Faire à la tête de l’eau




Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!