Philippe Paul – Coupable d’être policier : mémoires d’un enquêteur tenace

Philippe Paul. Ce nom vous dit quelque chose ? En janvier 2014, le sergent-détective du SPVM, Philippe Paul, est retiré de ses fonctions à la suite de rumeurs quant à sa crédibilité. En effet, la GRC a avisé le SPVM qu’elle avait reçu des allégations d’une de ses sources au sujet de l’intégrité du policier. Selon cette source, il fournirait des informations à Arian Azarbar, un mystérieux homme d’affaires canado-iranien qui serait un espion.

À la suite de ces accusations, le policier — véritable star de la lutte au crime organisé qui cumulait 28 années d’expérience —, décide de démissionner, tout en clamant son innocence.

Dans son livre Coupable d’être policier : mémoires d’un enquêteur tenace, Philippe Paul retrace son parcours afin de mieux se faire connaitre et de nous faire comprendre que les accusations et les allégations à son sujet sont fausses. Selon ses dires : «  Je ne pouvais me justifier sans trahir mes informateurs dont la vie serait mise en péril par des déclarations intempestives. J’ai donc décidé de ne pas faire de vagues et de prendre ma retraite ».

Selon lui, la rumeur aurait été lancée par des collègues qui voulaient lui nuire ou par des personnages reliés au monde de la drogue et du crime organisé qui ne voulaient pas le voir témoigner à leur procès. À travers ce livre, il veut nous faire la démonstration que son parcours remplis de persévérance et de mentions honorifiques ne peut faire de lui la personne corrompue qu’on tente de nous faire croire.

Comme le dit le cinéaste Denys Arcand, qui signe la préface du livre, il a été partout et il a côtoyé tous les trafiquants, tous les mafieux. En tournant les pages du livre, on se rend compte qu’effectivement, Philippe Paul a été au cœur de plusieurs événements marquants de notre société, qu’on pense à la tuerie de la Polytechnique ou du Collège Dawson en passant par l’émeute du Centre Bell en avril 2008 lorsque les Canadiens de Montréal ont éliminé les Bruins de Boston au 7e match de la série éliminatoire.

Chaque chapitre couvre un sujet qui nous permet de suivre le policier dans son quotidien. On y parle, en autres, de drogues et gang de rue, de mafia, de tueurs à gages, de vol de voiture, de folie meurtrière mais aussi d’extorsion et de trafic humain. Un chapitre est aussi consacré à la corruption à l’intérieur des forces policières.

Ce livre de 286 pages se lit comme un roman policier et regroupe des anecdotes parfois cocasses. On y voit à quel point Philippe Paul se donnait à fond dans ses fonctions et qu’il savait faire parler les criminels. Était-il trop près de ses relations avec le crime organisé ? Est-ce que le but du livre est atteint et nous démontre son innocence? À vous de le lire!

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!