Une musique colorée, franche et magnifique

La bête lumineuse Leloup arrive avec un neuvième album qui a un sens du suspense assez spectaculaire. Quatre ans après le disque A Paradis City qui a été un succès monstre, à moins d’avoir été sur une autre planète on le connaît très bien !

The Wolf tisse des chansons live sans fioriture dans différents environnements entre la faune, les ruelles, les balcons des villes et chalet de bois rond. Voici L’étrange pays : 13 pièces dans une pop folk acoustique éclatée et poétique engorgée de magie de l’instant.

Leloup mise sur une guitare-voix pas piquée des vers avec sa poésie folle et rythmée dans le plus grand des silences radio que Leloup a travaillait sur ce nouvel album, depuis trois années. L’étrange pays se démarque par son concept audacieux et simple à la fois.

Entre les craquements du sol, le chant des oiseaux et sa voix sans armure, il résonne d’authenticité. Un disque qui prouve que peu importe la formule, les arrangements et le génie de l’artiste ne perd pas de son mordant intuitif.

L’étrange pays du Leloup qui continue d’être fidèle à ses habitudes avec une musique colorée, franche et magnifique. Juste assez crispy pour apprécier la direction et les idées de ce neuvième effort.

Chansons coup de cœur :

  • L’oiseau vitre
  • L’étrange pays
  • Le temps
  • Rosier-douleur
  • Boulevard des rêves brisés
  • Au jardin de ma mère

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!