Ozzy Osbourne – Patient Number 9

Deux ans après le rock très accrocheur sur Ordinary Man (2020) et son diagnostic de la maladie du Parkinson. La légende de 73 ans Ozzy Osbourne arrive avec son 13e album très attendu. Dans lequel il s’entoure de ses vieux potes et nouveaux disciples pour offrir du très lourd.

Voici Patient Number 9, 13 pièces qui nous ramène le prince des ténèbres aux sons heavy rock très obscur qui nous rappelle ses albums les plus symboliques de sa carrière dans les années 80/90. Il y a même un peu de Black Sabbath enfouis au fond des guitares dévorantes de l’album.

Produit de nouveau par Andrew Watt (Eddie Vedder,The Kid Laroi, Maroon 5 future, Blink 182). Osbourne nous assiège de coup dans des chansons endolories qui raconte la maladie mentale, les plaisirs solitaires (oui, oui c’est vrai) l’isolement, la perte de la foi. Ces jours-là où tout fout le camp en l’air. Avec de la paranoïa et de la confusion pour briser les douceurs de nos rêves.

Au niveau des arrangements nous sommes servis dans un heavy rock vitaminé d’une grosse artillerie de riff crépusculaires avec une liste d’invités de musicien hors pair qui donne la chair de poule.

Jeff Beck, Robert Trujillo de Metallica, Chad Smith des Red Hot Chilli Peppers, Eric Clapton, Duff McKagan de Guns N ‘Roses, Mike McCready de Pearl Jam, Josh Homme de Queen Of The Stone Age ainsi que le virtuose partenaires de Black Sabbath Tony Iommi et le batteur des Foo Fighters Taylor Hawkins. Sans oublier le retour de son complice Zakk Wylde dans la majorité de son 13e album.

Soyons francs c’est des retrouvailles très excitantes. Il y a qu’un seul petit hic : la voix de Osborne semble avoir perdu de son naturel. En effet une fois de temps en temps on peut y percevoir de l’autotune pour conserver le caractère et les contrastes de son vocal qui n’est plus ce qu’il était.

Ça rend l’expérience de l’écoute un peu longue de temps à autre. Pour le reste on retrouve du Ozzy Osbourne qui ne joue pas trop dans les nuances dans sa musique plutôt rocailleuse et fuligineuse.

Disons-le, on ne cherche pas à réinventer la roue mais plutôt à rester dans la pertinence de son style. C’est plein de solos sales désaccordés et distorsionnés dans le heavy blues progressif, le métal, le rock costaud qui montre ses dents avec des vibrations de stoner rock qui nous martèlent de son efficacité.

Patient Number 9 est tout sauf platonique dans son urgence de vivre. C’est un album de rock artistique et théâtral avec assez de mordant pour transporter les fans là où il se doit. Dans les profondeurs de l’esprit tordu, Mr Darkness ne rate pas son coup. Ça se révèle toujours aussi convaincant.

Chanson favorite

  • Degradation Rules avec Tony Iommi
  • No Escape From Now avec Tony Iommi
  • Nothing Feel Right avec Zakk Wylde
  • One of Theses Days avec Eric Clapton
  • Evil Shuffle avec Zakk Wylde
  • Mr Darkness avec Zakk Wylde
  • Parasite avec Zakk Wylde
  • Patient Number 9 avec Jeff Beck




Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!