Des poignées de rêves superposés en chansons électroniques flottantes et réfléchies

Moins d’un an après la trame sonore de Suspiria et 4 ans après l’excellent second album Tomorrow’s Modern Boxes, le musicien anglais Thom Yorke nous propose le troisième album solo sans l’ombre de son groupe.

Voici ANIMA : 11 pièces électros charnues et dans un mélange nerveux d’impulsions technos vulnérables produites par Nigel Godrich (Radiohead, Beck, Travis, Roger Water).

Le duo a su développer à travers des performances captées lives et du peaufinage en studio un univers qui se détache de Radiohead. ANIMA est accompagné d’un court métrage de Paul Thomas Anderson, sorti sur Netflix et dans certains cinémas IMAX.

Sur ce troisième album, Yorke se déshabille l’âme et nous révèle une véracité dans ses chansons sombres qui traitent de nostalgie, de sa période intense d’anxiété et de panique chaotique.

Thom Yorke change l’angle de son attaque et nous confirme sa signature. Les arrangements tendres de synthés, de basse, de batterie électronique et de la voix mélancolique et étouffée de douleur de Thom Yorke nous submergent d’un million d’émotions.

Une poésie qui fracasse l’esprit et qui parfois nous guide vers la limite de l’incompréhensible. ANIMA, c’est des poignées de rêves superposés en chansons électroniques flottantes et réfléchies qui nous font vivre de grands moments inoubliables en son et en images.

Chansons coup de cœur :

  • Not The News
  • The Axe
  • Impossible Knots
  • Dawn Chorus
  • Traffic
  • Runwayaway

Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!