Coup de cœur

Tire Le Coyote – Au premier tour de l’évidence

Quatre ans après le succès foudroyant de Désherbage (2017) et son divin EP avec Jeannot Bournival, Le temps des autres (2021) et la parution de son recueil de poèmes La mémoire est une corde de bois d’allumage, Tire le coyote (alias Benoît Pinette) persiste avec tout son intensité et signe un nouvel album, le sixième en carrière qui continue dans sa poésie désarmante. Une plume pour laquelle il a obtenu au SPACQ 2018 le Prix Luc Plamondon pour parolier de l’année et au Gala de l’ADISQ 2018 : Album de l’année folk.

Voici Au premier tour de l’évidence, 11 pièces folk rock teintées d’americana et de country charismatique qui supportent la virtuosité de sa poésie aux mille et une images qui nous prend par le cœur. Enregistré au studio Pantouf à St-Élie-de-Caxton entre l’été et l’automne 2021 est réalisé avec son complice Jeannot Bournival (LAVABO, Fred Pellerin).

Tire le coyote offre des chansons au son vintage qui racontent la peur de la mort, le principal remède à la bêtise humaine : l’amour, les sociétés modernes trop souvent anxiogènes, l’enfance, sa fascination pour le besoin de calme, donner au futur la présomption d’innocence, son amour inconditionnel pour ses enfants le miroir de son âme et les zones grises de la vie une porte battante.

Toutes écrites et composées par Benoît Pinette, à l’exception de Nous brûlons jusqu’aux os, qui a été coécrite avec Robert Lalonde et la participation de la grande Joséphine Bacon qui pose sa voix sur la première chanson de ce sixième album.

Avec des cœurs chauds comme la braise du temps avec une petite quelque de chose de Pink Floyd mettant en vedette Amylie, Julie Hamelin, Stéphanie Bédard, Chloé Lacasse, Audrey-Michèle Simard et Geneviève Toupin. Des trompettes pour colorier la douleur dans le tordeur de la voix de l’homme.

Encore une fois, Tire le coyote plonge sa voix tremblotante par l’émotion enfouie dans ses paroles à la beauté vive qui nous submerge d’une avalanche de sentiments complexe et fort à la fois. Sur des arrangements de piano, de wurlitzer et de guitares brumeuses comme la nuit où l’amour est venu mordre sa peau sans oublier la voix Katie Moore qui vient s’harmoniser sur celle de l’artiste : une chimie indéniable qui resplendit sur chaque note.

Sa voix perchée et rassurante à la fois continue de foutre le cafard tellement sa poésie est tempétueuse et vibrante. Au premier tour de l’évidence, c’est un album de folk fait d’une poésie riche, la matière première de son talent tonitruant et unique.

Chansons favorites :

  • Mathilde
  • Sillonner la lenteur
  • Au premier tour de l’évidence
  • La couleur du vent
  • Quand tout espérait demain
  • Trésorière
  • Matière première
  • Nous brûlons jusqu’aux os




Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!