Une écoute interminable, sans plaisir, mais surtout DÉCEVANTE !

À peine un an après le « White Album », Weezer est de retour avec son onzième disque.

Produit par Butch Walker (Fall Out Boy, The All-American Reject), Pacific Daydream présente 10 pièces dans un virage pop qui délaissent les arrangements de rock alternatif « catchy ».

La bande à Rivers Cuomo semble perdre pied et surtout perdre son instinct créatif. On a l’impression qu’elle se cherche tout au long de l’album et, finalement, le résultat est décousu.

Ça rend l’écoute interminable, sans plaisir, mais surtout DÉCEVANTE. Weezer rejoint le troupeau des groupes rock qui jouent de la pop sans identité et sans originalité comme Hedley, Fall Out Boy et Paramore.

Le peu de « spirit » que possédait leur son a désormais disparu. Pacific Daydreams, c’est une descente apiquée vers l’ennui, rien de moins. Grosse déception. Peut-être que la formation américaine devrait prendre une pause avant de “détruire” la faible crédibilité qui lui reste.

Chansons coup de cœur :

  • Mexican Fender




Facebook Comments
Critiques
X
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir des offres spéciales
INSCRIVEZ-VOUS
Pour recevoir nos promotions et concours
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!
Merci d'être inscrit sur l'infolettre de AlternativeRockPress!