Le nom de Jesse Proteau ne vous est pas inconnu. Si vous avez écouté La Voix 6 cette année, vous l’avez certainement vu, car il fait partie de l’équipe d’Éric Lapointe.

Mais comment a-t-il eu l’idée de participer à La Voix ? « C’est quelqu’un que je connais qui a participé à une des éditions de La Voix et qui m’a suggéré de le faire, car cette personne avait trouvé l’expérience écœurante », a indiqué le jeune homme de 32 ans.

Le chanteur s’est présenté aux auditions de La Voix, entre autres, pour aller chercher une expérience et relever un nouveau défi. A-t-il peur qu’après son passage à La Voix il tombe dans l’oubli ? « Quand j’étais sur le plateau de tournage, j’ai entendu certains participants croire que ça va propulser leur carrière et qu’ils n’auront plus rien à faire après ».

Proteau voit plutôt sa participation à La Voix 6 comme une chance inouïe de se faire voir, de se faire entendre et de vivre le trip d’une vie. « J’ai ce besoin d’être vu, mais je suis conscient qu’après je dois avoir quelque chose à présenter et que je dois continuer à m’investir. Ça ne se fait pas tout seul », raconte-t-il.

Du jour au lendemain, ce dernier a décidé de tout laisser tomber, de se faire confiance et de renouer avec l’idée de replonger dans l’inconnu. « Avant j’étais gestionnaire, et honnêtement, je n’étais pas totalement heureux. J’ai simplement voulu suivre ma voix intérieure », a-t-il révélé.

De Marabu à Lies

Avant de faire le saut à La Voix, Jesse Proteau a connu le succès avec son groupe Marabu. « Ç’a été une belle expérience, mais on avait envie de prendre des chemins différents et de faire autre chose. André est toujours dans le milieu culturel », a précisé Proteau.

En 2012, il a pris le pseudonyme de Zagata en honneur de John Zagata qu’il a rencontré lorsqu’il travaillait dans un hôtel. « Il avait perdu son téléphone cellulaire et il m’a dit qu’il avait le numéro de Madonna. Je l’ai aidé à le chercher. Je lui ai dit également que je chantais et il m’a demandé de lui en chanter une. Il a bien aimé le résultat et il voulait me rencontrer à Los Angeles. Mais j’ai eu la chienne et je n’ai pas voulu y aller. Quand je cherchais le nom de mon projet, j’ai cliqué sur le dossier qui était à son nom. J’avais alors trouvé. Je lui ai demandé si je pouvais utiliser son nom et il était très enchanté de l’idée » a-t-il raconté.

L’an passé, il a collaboré avec le DJ québécois Domeno sur le titre Lies. « On a enregistré la version anglaise et plusieurs radios comme Virgin ont été charmées. Par contre, les radios du Québec étaient plus frileuses de jouer une chanson 100% anglo, alors Domeno m’a dit : “Tu as neuf jours pour faire une version française”. Je voulais toutefois prendre mon temps pour composer quelque chose d’intelligent. Je ne voulais pas faire qu’une simple traduction ; je n’aime pas vraiment les artistes qui font cela. Je ne voulais pas que ça sonne “quétaine” non plus », a-t-il souligné.

La pièce a obtenu un succès fou sur les radios pour un genre musical peu entendu sur les ondes québécoises. « Je suis content qu’on aille instaurer ce genre ici ».

Si vous êtes impatient de le voir, il sera en spectacle le 22 mars au Jack Saloon Pyramide à Sainte-Foy, dans la région de Québec, pour marquer le premier anniversaire de l’endroit.

« Ce sont des soirées exceptionnelles. Les gens t’écoutent vraiment et font la fête avec toi. C’est assez fou de savoir que j’avais une résidence depuis un an. On t’en donne beaucoup en retour et c’est une relation personnalisée, franche et humaine, autant avec le staff de l’endroit que les clients ».

Crédit photo : OSA images et TVA