Si le nom de Laurence St-Martin ne vous dit encore rien, ça ne devrait être qu’une question de temps avant que son nom soit sur toutes les lèvres. Le vent dans les voiles, l’auteure-compositrice-interprète originaire de Lanaudière a présenté son premier album Filles des îles en janvier dernier. En plus, elle a le privilège de faire, pour quelques dates, la première partie de Matt Lang lors de sa tournée québécoise.

Si elle reconnait ne pas avoir eu beaucoup de visibilité dès le début de sa carrière musicale, Laurence St-Martin travaille vraiment fort pour aller chercher une personne à la fois. Pour y parvenir, elle parcourt les routes québécoises : « Chaque personne que je réussis à aller chercher, on dirait que c’est pour la vie, car cette personne aime ce que je fais et non pas parce qu’elle m’a vu à la télévision. »

Même si la chanteuse folk/country a déjà participé, avec insuccès, aux préauditions de La Voix, elle ne s’est pas laissée abattre par la situation : « J’aurais aimé ça, mais j’ai fait mon chemin par moi-même et cela a bien fonctionné. » Une véritable combattante, un modèle de persévérance en musique.

Bien que l’artiste originaire de Lanaudière n’eût désiré sortir l’extrait Filles des îles en pensant que ça allait atteindre seulement les gens de son coin de pays, elle reconnait que ça été un de ses meilleurs moves : « On a eu un gros buzz, plein de vues sur YouTube et plein de gens l’ont partagé. Filles des îles m’a permis de former un public qui m’a suivi et qui me suit encore. Ils sont très actifs sur les réseaux sociaux, cela me donne vraiment beaucoup de crédibilité. »

Par la suite, elle a proposé une nouvelle pièce intitulée Sans toi. À son plus grand bonheur, ce deuxième extrait lui a ouvert de nouvelles portes : « C’est sûr que Sans toi a un côté plus radiophonique comparativement à Filles des îles (plus folk country). Ça me donne deux belles images : Sans toi m’a permis de me faire connaître par les radios et par l’industrie. Tandis que Filles des îles est celle qui m’a rapproché du public. »

CRÉDIT PHOTO : FRÉDÉRIC LEBEUF

Si Sans toi devait être initialement une pièce acoustique du style feu de camp, Laurence est finalement sortie de sa zone de confort sur le plan sonore : « C’est une chanson que j’ai écrite au début de ma carrière. Je l’avais écrite pour le plaisir et je n’ai jamais pensé qu’elle aurait ce son-là. De voir qu’elle est sortie sur ÉNERGIE et sur CKOI, ce sont de grosses radios qui m’aident à grandir dans l’industrie. »

C’est avec fierté que la jeune auteure-compositrice-interprète a lancé en janvier dernier son premier album : « Ce sont toutes des chansons qui parlent de ma vie et de mes histoires. Ce sont toutes des compositions ou des cocompositions, j’ai choisi tous les textes. Je voulais vraiment que ça me définisse et que ça parle de ma vie. »

Est-ce que vous aimeriez là voir en prestation à Montréal ? Elle nous permet d’y rêver : « C’est sûr qu’une rentrée montréalaise, c’est quelque chose qu’on envisagerait pour l’automne si l’on a les moyens et la visibilité pour le faire. » On se croise les doigts !

D’ici là, elle ira faire un tour au Salon de la musique le 9 juin prochain au Stade olympique. En plus de présenter quelques compositions, elle aura l’occasion de rencontrer ses admirateurs ainsi que d’autres artisans comme elle : « C’est une belle chance pour les artistes de se réunir, de créer un genre d’engouement et de partager nos visibilités. J’ai la chance de le faire et j’en suis très contente. »

Et bientôt, vous aurez même droit à des surprises, car elle a travaillé, récemment, sur deux nouveaux vidéoclips : « Il en a un que c’est le duo avec King Melrose qu’on a fait ensemble. Je ne sais pas quand ils sortiront, mais l’album doit durer longtemps. Donc, on a deux beaux vidéoclips tout beaux. »

Le 18 avril prochain, Laurence St-Martin sera en prestation au Café culturel de la Chasse-galerie à Lavaltrie. C’est le moment idéal pour la découvrir en performance musicale !

Photo principale : Frédéric Lebeuf