Si on l’avait moins vu sur les scènes du Québec, l’humoriste Patrick Groulx revient avec un spectacle en rodage (et qui devrait le rester selon ses dires) dans lequel il invite trois p’tits pas fins et nouveaux talents, c’est-à-dire Sam Breton, Maude Landry et Matthieu Pepper.

« Les grandes salles demandaient sans cesse à mon gérant quand j’allais revenir. Je leur répondais que je n’avais pas assez de matériel pour construire un spectacle d’une heure et demie. J’ai eu l’idée de partir en tournée sans faire un show complet. Et ça faisait plusieurs années que je voulais travailler avec des jeunes de la relève », raconte-t-il au téléphone avec enthousiasme.

Avant d’aller montrer ce nouveau matériel, l’humoriste a été le tester dans les bars et les cabarets de la région de Montréal pour voir ce qu’il en était, si ça tenait la route. « Je suis orgeuilleux, dit-il en riant. Je veux que les gens passent une bonne soirée. En même temps, ce n’est jamais la même réaction qu’on a dans les bars si on compare aux salles de spectacles. Je vais pouvoir évaluer la pertinence des numéros devant le public »

Ces sketchs pourraient figurer dans l’émission Dans ma tête, dans un prochain one man show ou même lors d’une animation de gala laisse entendre celui qui a embrassé également une carrière de chanteur.

Des p’tits pas fins bien gentils

Selon Patrick Groulx, Sam Breton, Maude Landry et Matthieu Pepper ne sont pas désagréables, loin de là. C’est tout simplement pour accrocher qu’il a trouvé un titre comme celui-là. « Je leur avais dit : “À un moment donné, je pourrais vous appelez les trois p’tits pas fins et ils se sont mis à rire”. En même temps, ça soulignait que c’était moi à l’avant-plan et que j’étais là, mais que je faisais de la place à des nouveaux  visages », note-t-il.

Le choix de ces trois comiques de la relève s’est fait naturellement. Patrick Groulx les avait déjà rencontrés dans des soirées d’humour et il les avait trouvés très gentils et drôles. « Les nouveaux talents dans ce domaine au Québec, il y en a à la pelle. Je crois que ces jeunes-là n’ont pas le choix de travailler fort. Depuis que Le Bordel comédie club a ouvert ses portes, cela a amené un vent de fraicheur », laisse-t-il glisser. Selon lui, certains humoristes peuvent  faire de 2 à 3 rodages dans la même soirée, dans des bars différents !

C’est aussi la chance pour ses trois humoristes de vivre une vraie tournée. « Pas dans une loge assis à côté d’un lavabo près d’une caisse de bières », illustre-t-il. C’est le moment, selon lui, de jouer dans une salle réelle, de se dévoiler devant un public en chair et en os.

Patrick Groulx m’avoue que certaines personnes courent les rodage, ce qui me surprend ! « Si tu savais comment il y en a ! C’est complètement différent de ce qu’ils sont habitués de voir. L’humoriste est plus nerveux, il y a beaucoup d’improvisation, plus de niaisage. On essaye des numéros; des fois on se trompe. L’artiste est mis en danger ! », me dévoile-t-il.

Des jeunes humoristes distincts et drôles

Un style unique, voilà ce qui lui a plu de Maude Landry. »Elle a trouvé sa propre identité et ça c’est rare, si on compare à d’autres qui voudraient être des Martin Matte ou des Louis-José Houde », m’explique l’animateur de Job de bras présentée à Z Télé. Pour Matthieu Pepper, c’est son côté cabotin qui a charmé Patrick Groulx. « Mais pas trop, le dosage est bon, me précise-t-il rapidement. Il peut aller chercher des trucs qu’on ne se rend pas compte que c’est niaiseux. Il nous les fait voir d’une autre façon », conclut-il avec la franchise qu’on lui connait.

Cette mini-tournée s’arrêtera dans 14 villes au Québec dont Québec (salle Albert-Rousseau), Victoriaville (Le carré 150), Brossard (L’Étoile Banque Nationale), Trois-Rivières (salle J.-A Thompson). Voir la liste complète, c’est ici

Crédit photo : Félix Renaud