Lundi, les inconditionnels de District 31 ont dû faire leurs adieux à Stéphane Pouliot. Si certaines personnes croyaient qu’il n’était pas encore mort, le tout a été confirmé après l’épisode.

Après avoir réagi sur les réseaux sociaux sur le mort du sergent-enquêteur, le comédien s’est confié dans les médias sur la fin de son personnage. D’entrée de jeu, Delorme a affirmé que c’était une décision de Luc Dionne et non de lui.

Le décès de l’enquêteur a touché profondément les téléspectateurs qui ont inondé de message les réseaux sociaux. « On peut recevoir des statuettes, des Gémeaux, des Artis, recevoir des applaudissements… Mais là, dans les commentaires que je lis, les gens s’ennuient de moi. Ils me souhaitent le meilleur du monde pour la suite, ils ont pleuré “ma” mort… Je suis allé chercher les gens émotivement, et les commentaires me reviennent sous cet ordre-là. J’ai voulu donner une humanité à ce personnage, et j’en reçois également en échange », a-t-il expliqué au Journal de Montréal.

Le comédien a avoué qu’il était « fasciné » par le fait de recevoir des textes et des remerciements de la part de gens qu’il a côtoyés, mais également de purs inconnus. Son départ n’était pas son idée et il a trouvé très « triste » de ne plus se retrouver sur le plateau de District 31.  

Au courant depuis juillet !

Delorme est au courant de la mort de son personnage depuis le mois de juillet, a-t-il mentionné au Journal de Montréal. Les scènes concernant son décès ont été tournées en août. L’acteur a rappelé que ses cinq ans au sein il s’en est « passé plein de choses ». Pour lui, il était important de « partir sereinement ». Il en a d’ailleurs parlé avec Luc Dionne.

« D’avoir un point de vue différent du mien, qui n’était pas personnel ou émotif, mais un point de vue d’auteur. C’est un artiste, comme moi, qui avait besoin de se mettre en danger, comme moi je le fais dans des rôles, pour ne pas que son histoire s’endorme », a-t-il confié au JdeM.

Après six ans, l’auteur de District 31avait besoin de se restimuler, de brasser la cage, selon lui. « Moi, ma “job”, c’est de raconter des histoires, et pas nécessairement “la mienne”. C’est de faire partie d’une histoire… En ayant son point de vue, ça m’a permis de tasser le côté émotif, et de le comprendre de façon concrète et rationnelle », a-t-il dit.

Il a ajouté qu’il sera toujours reconnaissant envers Luc Dionne !

Rappelons que la dernière scène de lundi a été très émotive et poignante pour Bruno Gagné.