Depuis hier, le Cirque Éloize a convié le public à sa nouvelle création de Serge Fiori, Seul ensemble, qui sera en résidence au Théâtre St-Denis jusqu’au 31 mars.

En plus d’avoir l’honneur de découvrir deux numéros de Seul Ensemble, soit Vert et Harmonium, nous avons réalisé des entrevues avec le directeur musical du projet Serge Fiori ainsi que le collaborateur musical Louis-Jean Cormier lors de la répétition en salle qui avait lieu le mardi 5 mars.

Serge, d’après vos entrevues réalisées récemment, vous « capotez » à l’aube des premières représentations ?

« C’est dur de vivre toute la semaine. C’est comme excessif, il n’y a plus de vie normale. Je suis juste dans le projet ; je pense juste à ça. J’ai hâte d’arriver le matin et de retrouver tout le monde. »

Louis-Jean, tu étais en congé sabbatique et tu voulais t’améliorer dans ta capacité à refuser des opportunités. Qu’est-ce qui t’a poussé à accepter cette offre ?

« La liberté artistique qu’on a eue sur ce projet ; ça ne passe pas toutes les semaines. Honnêtement, j’étais rendu bon à dire non à des projets pour me reposer et pour voyager avec mes enfants. C’est venu d’une manière un peu familiale ; c’est la fille de Serge Grimaud (Marcella Grimaud) qui m’a appelé en premier et j’ai finalement croqué dans cet hameçon-là. Ç’a bien été, c’est un bon choix et il y a quelque chose du destin dans ce projet : la rencontre entre Padre et moi. Il y a une connexion intergalactique, il fallait que ça arrive. »

Serge : « On s’était parlé quelquefois à travers de festivals. Quand j’ai fait mon dernier album solo, c’est Louis-Jean qui m’a remis le trophée à l’ADISQ. »

Louis-Jean : « Oui, c’est vrai. J’avais oublié ! »

Serge : « J’étais allé voir un spectacle de Louis-Jean au Vieux-Longueuil. Après le spectacle, on s’est vu et on s’est regardé en se disant qu’il faudrait peut-être faire de la musique un jour ensemble. »

Serge, c’était un de vos rêves depuis longtemps pour vous de collaborer à une production de cirque.

« Je trouvais que c’était le meilleur médium, ça fait longtemps que je cherche ça. J’ai vu tous les spectacles du Cirque Éloize, je suis tombé amoureux. Quand la rencontre s’est faite avec les deux boss, ils se sont parlé de ça. Cinq minutes plus tard, tout était réglé. C’est tellement des gens super et créatifs. »

Serge, quels étaient vos sentiments lorsque vous avez vu les premières acrobaties sur votre musique ?

« Sur les trois premières tounes, j’ai pleuré ma vie et j’avais l’air d’un épais. »

Louis-Jean : « Nous, on a ri de lui (rires). »

Serge : « Après ça, tu deviens super contraire. Tu deviens plus conscient ; on voit que tel truc ne fonctionne pas. Et là, tu n’as plus de fun. »

Louis-Jean : « C’est normal, on est des artisans au cœur du projet. Parfois, tu es en train de voir un numéro de cirque hallucinant, mais tu es “focusé” sur des détails (par exemple que la basse est trop forte). À moment donné, tu montes les yeux et tu vois une fille “spinée“ sur le stage. On est plus dans le même “mood“ (rires). »

Pour l’occasion, vous avez réinventé un son nouveau, unique et moderne à partir des pistes originales**…

Louis-Jean : « On avait hâte de voir la transposition de ce qu’on faisait musicalement en couleurs et en images. »

Serge : « C’est une semaine intense qu’on vient tous les soirs et qu’on sort le cahier de notes. C’est comme une chirurgie. »

Louis-Jean : « On va tous devenir fous (rires)… et la semaine prochaine, on va tous “feeler“ le parfait bonheur. »

Serge, est-ce que vous envisagez vraiment de venir tous les soirs ? 

« De toute façon, je ne pourrais pas être chez nous. J’ai mon restaurant en face, et ma bouteille de vin. »

Après avoir présenté des spectacles en duo avec Patrick Watson (Karkwatson), est-ce qu’on pourrait rêver de voir un duo Louis-Jean/Fiori ?

Louis-Jean : « On a une belle complicité et une belle connexion. L’avenir va nous rematcher un jour. »

Serge : « Si c’était juste de lui, ça serait oui. Dans le sens que lui fait un bon spectacle, ça dépend du vieux parce qu’il faut le traîner. »

Louis-Jean : « Je vais traîner des câbles à booster afin de booster le vieux (rires). »

** L’album studio Serge Fiori, Seul Ensemble, basé sur le spectacle du même nom créé par le Cirque Éloize, sera disponible partout en version numérique et double CD ce vendredi 8 mars.