La vie d’Hugo Rozon est loin d’être ce qu’il y a de plus ordinaire.  À ses 18 ans, le jeune homme, qui a maintenant 25 ans, a été diagnostiqué bipolaire. Il a souffert de psychose. C’était au retour d’un roadtrip qu’il avait fait en Californie.

Comme si ce n’était pas assez, Hugo Rozon s’est fait interner à l’Hôpital Notre-Dame pendant un mois dans la section psychiatrique. Avec The 108 Journey, le jeune homme nous ouvre grande les portes de son journal intime où il se dévoile totalement et aborde de manière positive la maladie mentale.

Tourné en Inde et au Népal, avant et pendant la pandémie, le documentaire montre un jeune homme qui désire faire la paix avec lui-même et qui veut quitter le bruit envahissant de Montréal pour se retrouver et faire son propre cheminement

Ce film choc, coréalisé avec Mathieu Perreault Lapierre, est un vrai coming out pour Hugo Rozon. C’est une façon pour lui de s’ouvrir vers les autres et vers le monde extérieur. C’est comme une thérapie où il se dévoile à lui-même.

Ce projet, qui lui tenait tant à cœur, était très risqué et il l’a relevé avec brio. Il faut dire que le jeune homme a dépensé toutes ses économies pour réaliser ce documentaire. Il a même eu le culot de lâcher son poste dans une agence de publicité pour s’investir à fond dans cette nouvelle aventure. Et les résultats sont impressionnants.

On pourra voir le jeune homme se baigner dans le Grange, se raser les cheveux et découvrir la quiétude à Rishikesh au pied de l’Himalaya; le même endroit où a été composée le White Album des Beatles.

Rappelons que le documentaire a été sélectionné au Snowdance Independent Film Festival dans la catégorie du meilleur réalisateur et meilleur script. Le festival aura lieu du 20 au 23 mars prochain. On souhaite bonne chance à Hugo Rozon et son équipe.