Date de l’audition : 25 septembre à Montréal

Style musical : Pop-soul, chanteuse à voix

Influences musicales : Ariane Brunet, Patrice Michaud, Louis-Jean Cormier, Céline Dion, Milk & Bone, Half Moon Run, Groenland, The Head and the Heart, Lady Gaga, Dua Lipa, Demi Lovato, Ariana Grande et Jessie J

Chanson interprétée : Anyone de Demi Lovato  

Si les candidates rencontrées jusqu’ici ont entamé la discussion en parlant de leur expérience personnelle lors de l’audition, Audrey-Anne Séguin a plutôt souligné, d’entrée de jeu, l’importance du contact humain. « Premièrement, l’équipe est bien accueillante et plaisante. J’ai vu des amis que ça faisait longtemps que je n’avais pas croisés à cause de la pandémie. J’ai senti beaucoup d’effervescence avec le retour de Star Académie. Les gens semblaient excités de vivre cette nouvelle aventure. La dame qui a pris ma photo (Sonia) était tellement fine, je lui ai dit que j’allais passer une bonne journée grâce à elle. »

Bien préparée, la candidate a eu la chance de montrer l’étendue de sa personnalité aux juges ainsi que des membres de la production incluant Jean-Philippe Dion. « Ils ont vu mon énergie, mon côté extraverti et lumineux ainsi que mes capacités d’être une leader positive. J’étais contente de vivre ce moment et on a beaucoup ri. J’ai vraiment aimé mon expérience d’audition comme je ne m’étais pas créé d’attentes. Je pense que je pourrais être un avantage pour l’émission parce que j’ai une personnalité forte et j’ai du talent. Je suis rendue à cette étape dans ma carrière en devenir.»

« Vous n’êtes pas prêt pour moi», s’est-elle exclamée aux juges durant le grand moment !

Si elle a choisi Anyone, c’est que la chanson de Demi Lovato mettait sa voix en valeur. « Je m’associais à l’émotion, c’est quelque chose qui me rejoint aussi dans la mélodie.» Par la suite, Audrey-Anne a enchaîné avec une pièce de la directrice de l’Académie. En présentant Je suis à toi, elle a fait honneur à Lara Fabian de la manière dont elle pouvait le faire. « Je peux faire du jazz, du rock, du soul et du hip-hop, mais j’avais envie qu’on me considère comme une chanteuse à voix. C’est un style vocal qui m’a inspiré depuis mon plus jeune âge. Donc, j’ai livré deux propositions en belt, avec une voix pleine et des petites nuances pour montrer l’ampleur de mon registre.»

À la bonne place au bon moment

« Depuis que je suis retournée étudier en théâtre musical, je me sens plus sur mon X. Je joue de la musique, je danse, je fais du théâtre, je chante et je crée à tous les jours», dit-elle. Qu’est-ce qu’elle souhaiterait travailler en venant à l’Académie ? À cette question posée par les juges, elle leur a répondu qu’elle voulait tout travailler ; spécifiquement au niveau de l’écriture. La COVID-19 ayant mis ses études en perspectives, elle désire consacrer plus de temps à la composition.

« Je travaille en studio depuis un peu plus de deux ans, je n’ai rien sorti comme composition cependant pour le moment. La situation exceptionnelle m’a comme créé une petite urgence. J’ai envie de connecter avec les gens à travers toutes les questions sociales et culturelles que la pandémie brasse, à l’heure actuelle, et montrer qu’on peut rester fort ensemble», souligne-t-elle.

Un vouloir et une urgence de créer

En ce moment, Audrey-Anne souhaite montrer l’étendue de son talent et de ses capacités au Québec en entier. «Il y a tellement de bons musiciens et chanteurs au Québec… Alors, je me demande pourquoi je n’ai pas encore trouvé ma place là-dedans… et pourquoi je n’ai pas encore montré ma musique aux gens. J’ai vraiment envie de sortir mes choses. Je suis arrivée à cette étape de ma vie. J’ai fait beaucoup d’interprétation et j’ai beaucoup aimé ça, mais je suis rendue à écrire mes propres affaires.»

« Il y a beaucoup de belles chansons que je n’aurais pas su composer et que je ne pourrais pas écrire. Il en a d’autres que je n’aurais pas, instinctivement, tendance à explorer quant au registre vocal qui m’apparait parfois challengeant», ajoute-t-elle. C’est un certain Patrice Michaud qui lui a donné son premier cours de composition de paroles après avoir gagné une compétition de Secondaire en spectacle.

Participer à Star Académie serait une bonne façon pour elle de se mettre à l’épreuve et de l’amener à un autre niveau. Elle espère croiser des gens plus familiers avec la composition. « Cette aventure pourrait m’aider à connaître de nouvelles personnes à la même place que moi et qui ont envie de vivre ce défi. L’Académie serait une bigger version de ce que je vis en ce moment en théâtre musical. J’applique au quotidien les outils que me donnent les professeurs. Peu importe mes expériences, je m’améliore en tant que chanteuse».

Une grosse houle émotive

Comme elle considère avoir une personnalité, un peu, extravagante et bubbly, elle émet certaines inquiétudes envers l’opinion publique. « Quand tu fais face à la critique, tu te remets en question, tu te regardes le nombril et tu te demandes ce que tu dois travailler. Ça ne me fait pas peur parce que je peux le faire. C’est une crainte d’avoir à gérer les commentaires haineux. J’ai beaucoup de couleurs à ma personnalité.»

« Ce qui parait de prime abord n’est pas nécessairement le fond de moi. Je peux livrer une performance plus burlesque et dramatique intense émotionnellement. J’ai peur que les gens ne puissent pas voir toutes ces nuances et qu’ils me catégorisent dans quelque chose. Ça amène beaucoup de positif d’avoir autant de visibilité en participant à Star Académie, mais ça vient aussi avec un lot de défis », souligne-t-elle.

Influenceur des autres

Lorsque Audrey-Anne sortira ses propres compositions, elle aimerait rallier toutes les formes d’arts telles que la peinture et les aspects visuels. « Je pense qu’on peut certainement les rallier à la musique. Beaucoup de beaux artistes canadiens et québécois pourraient être mis de l’avant davantage de ce qu’on voyait avant la pandémie. »

En participant à Star Académie, un candidat se voit offrir une tribune qui permet d’influencer les autres positivement, clame-t-elle. «Si jamais je suis sélectionnée, j’aimerais être associée à des causes, surtout au niveau de l’estime de soi et de l’intimidation. En plus de stimuler la créativité chez les jeunes et les rallier à des choses qui les motivent, la musique est tellement proche des émotions. C’est normal d’avoir des doutes, de se poser des questions, de se remettre en question et d’avoir nos propres faiblesses. Tous les jeunes doivent se sentir bien dans leur peau, de se prendre en charge, de se connaître et d’être conscients de leurs forces. »

« La meilleure version de moi-même, c’est sur un stage. Mon authenticité ressort encore plus dans ses moments», conclut-elle.





Entrevues publiées précédemment

Audrey GélinasAudrey-Ann Leblanc, Erika Denis, Justine Blanchet, Katherine Bourget, Marie Boismenu-Gagnon et Roxanne Godmer

Entrevues, à venir, avec d’autres candidates

Cassandra Beck

Date des prochaines auditions

  • Sherbrooke (24 octobre)
  • Gatineau (31 octobre)
  • Montréal (5, 6, 7 et 8 novembre)