Il y a quelques jours, Bianca Longpré, connue également sous le nom de la Mère ordinaire, a mis une vidéo en ligne de son fils qui souhaitait porter une robe lors de la rentrée scolaire.

Sans grande surprise, la vidéo a fait énormément jaser et est devenue d’une certaine façon virale. Dans sa chronique « Qu’ils se mêlent de leurs affaires », Sophie Durocher se demande si la Mère ordinaire n’est pas allée trop loin.

« C’est une chose qu’un petit garçon demande à porter une robe pour aller à l’école. C’en est une autre que sa mère partage cette information, personnelle, qui relève de l’intimité, sur les réseaux sociaux. Disons que j’ai trouvé ça… ordinaire », a écrit la journaliste.

Durocher insinue également que Bianca Longpré utilise son enfant pour faire fonctionner sa carrière. « Au-delà de l’anecdote au sujet de la robe de Billy, je me questionne sur ces parents, personnalités publiques, qui “utilisent” leurs enfants et leur quotidien comme si c’était une matière première pour leur carrière. Les parents ont fait le choix de vivre leur vie en public. Pas les enfants. »

Vous pouvez lire la chronique au complet ici.

Longpré réplique

Dans de nombreuses stories, la Mère ordinaire a répondu au texte virulent de chroniqueuse du Journal de Montréal. Dans une publication, qui a été supprimée, Bianca Longpré accusait Sophie Durocher d’avoir utilisé le mot DPJ, ce qui n’était pas le cas.

« Je suis allée lire le texte de Durocher pis elle a dit que j’utilise mes enfants pour faire du cash et que je devrais protéger mes enfants. Mais elle n’a pas utilisé le mot DPJ. Et c’est ça qui me dérangeait. Qu’elle vomisse sur moi c’est correct » a indiqué Longpré.

Cette dernière a mentionné dans sa story qu’elle avait délaissé lentement les réseaux sociaux. « Faque pour essayer de garder mon œuf au chaud et rester zen sans me battre avec qui que ce soit, je vais moins venir sur les RS les prochains jours », a-t-elle écrit.

STORY D’INSTAGRAM DE BIANCA LONGPRÉ
STORY D’INSTAGRAM DE BIANCA LONGPRÉ
STORY D’INSTAGRAM DE BIANCA LONGPRÉ