Le 28 janvier dernier, Musicor dévoilait l’album Nos retrouvailles. Cette compilation est un hommage au parcours des finalistes des cinq premières éditions de Star Académie.

Première entrevue : Carolanne D’Astous-Paquet interprétant Le Saule (de Isabelle Boulay).

Brièvement, qu’est-ce qui s’est passé depuis Star Académie (en excluant les projets actuels)?

J’ai surtout eu des contrats de comédies musicales dans les années qui ont suivi Star Académie (Les filles de Caleb, Shérazade). J’ai aussi un projet d’album qui a bien failli se concrétiser, au début de ma vingtaine, mais le projet a malheureusement avorté. J’ose croire que ce n’était pas le bon « timing ». J’ai poursuivi mes études universitaires en continuant de faire de la musique dans le domaine corporatif les fins de semaine. L’été, je chantais avec plusieurs groupes en festival, comme choriste surtout. La musique a toujours fait partie de ma vie, mais disons que je me suis plus effacée du paysage artistique. Après avoir obtenu mon baccalauréat en communications, je suis entrée sur le marché du travail et j’ai délaissé un peu plus la musique. Je suis de retour dans ma région natale (Vallée de la Matapédia, entre le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie) depuis trois ans, j’y travaille comme journaliste dans le journal qui couvre notre région. 

Quand tu penses à ton parcours, qu’est-ce qui te rend le plus fier?

Je suis fière d’être sortie de ma zone de confort à plusieurs reprises durant mon aventure, j’ai vraiment pris ça comme une école, j’étais là pour m’améliorer. De vivre ça à 18 ans, c’était assez déstabilisant à plusieurs niveaux. Juste le fait de partager la scène avec les plus grandes stars, c’était impressionnant de vivre ça ! Le fait de devoir se « mettre à nu », de dévoiler sa sensibilité et sa vulnérabilité devant le public, mais aussi devant les autres académiciens, en ateliers avec les professeurs aussi, ce n’est pas une tâche si simple lorsqu’on est de nature réservée comme moi. Le simple fait de marcher avec des talons hauts et de porter des vêtements plus « sexy » représentait une forme de défi en soi ! [rire]

Crédit photo : Roxanne D’Astous

À l’opposé, qu’est-ce qui a été le plus difficile depuis ta sortie?  

Comme je suis réservée, ça me faisait drôle d’être reconnue partout dans les mois suivants Star Académie. J’en ai souvent jasé avec d’autres ami(e)s académiciens, nous sommes plusieurs à avoir vécu un « choc » à notre retour à la réalité. Ce que j’ai trouvé « rough » aussi, cela a été de faire face à la critique. Je me souviens d’avoir lu des commentaires désobligeants à mon égard en 2009 sur les réseaux sociaux. Le phénomène du « online shaming » commençait déjà à prendre de l’expansion à l’époque.

Qu’est-ce que la chanson que tu interprètes sur Nos retrouvailles représente pour toi?

Je chante Le saule sur l’album, c’est la chanson que j’ai interprétée lors de ma première mise en danger, c’est là que j’ai rencontré le public pour la première fois. J’aime dire que c’est ma chanson porte-bonheur de mon parcours à Star Académie

Crédit photo : Roxanne D’Astous

Comment est venu ce besoin de revenir vers le milieu musical québécois

Depuis la pandémie, je me suis remise plus sérieusement à la musique, j’ai repris goût à l’écriture de chansons et comme la plupart du monde, je me suis remise aux chaudrons, j’ai fait de la bouffe et du plein air en masse ! [rire] Bref, ça a donné un premier mini-album de cinq chansons ! Cet album-là, je le fais surtout pour mes « fidèles » qui me suivent depuis mes débuts, pour ces gens qui attendaient désespérément mes premières chansons originales. Je suis heureuse de pouvoir enfin leur présenter mon matériel !

Présente-moi ton EP que tu souhaiterais sortir cette année et le premier extrait «Contre-jour». 

C’est un premier album de cinq chansons, dont trois chansons francophones de mon cru et deux textes anglophones qui m’ont été offerts sur lesquels j’ai ajouté la musique. Je me suis vraiment amusée à faire des chansons qui me plaît avant tout. Je ne me suis pas nécessairement imposé de style précis, mais on peut s’attendre à des airs pop-folk, parfois plus rock. Dernièrement, j’ai lancé mon premier extrait « Contre-jour ». C’est une chanson qui aborde des sentiments ressentis par plusieurs durant la pandémie comme l’angoisse et la solitude. Pour mon prochain single, je vais dévoiler un côté plus rock. Je laisse planer le suspense pour la suite ! 

Pochette de l’album « Nos retrouvailles »

Crédit photo de la photo principale : Roxanne D’Astous