Après cinq ans à travailler sur sa première boisson spiritueuse avec son complice et gérant Francis Delage, Marc Dupré peut enfin se réjouir avec la sortie officielle de sa vodka Cherry River. Lors du lancement médiatique du mardi 19 novembre dans les bureaux d’Univins et Spiritueux, on a pu déguster trois différents produits de la marque en plus de s’entretenir avec le coproducteur.

Sa motivation première n’était nul autre que le plaisir, tout simplement. En plus d’aimer les spiritueux québécois, Marc Dupré a eu le privilège d’être bien d’entouré puisque son gérant (Francis Delage) travaille dans ce milieu (la restauration) et il souhaitait créer sa propre boisson spiritueuse.

Quand son partenaire a commencé à envisager de lancer sa propre vodka, l’auteur-compositeur-interprète a sauté à pieds joints dans l’aventure puisqu’il aimait bien la vodka. « Ça m’a intéressé, mais j’avais aussi le sentiment que c’était un filon pas très exploité. Ça prit cinq ans, on a essayé beaucoup d’affaires. On ne trouvait pas le bon goût ni la bonne affaire. Au début du projet, on pensait beaucoup aux femmes parce qu’on voulait faire des vodkas aromatisées pour prendre l’été sur le bord d’une piscine ».

À un moment donné, les deux complices se sont dit : « Si l’on veut réussir à faire un produit qui est bon, il faut faire quelque chose de pur. Et après, on pourra partir de ça pour faire un produit. Ça prit cinq ans avant qu’on trouve la bonne eau, soit la Cherry River ».

Par la suite, tout s’est emboîté parfaitement et les gens étaient unanimes à l’idée que c’était bon en tabarnouche. Si les deux hommes savaient qu’ils avaient un bon produit entre les mains – il y a un an –, c’est quand des gens influents dans le milieu ont dégusté le produit que tout est parti très vite pour eux puisqu’ils trouvaient que c’était un bon produit (en plus d’être québécois).

Une nouvelle facette …

En toute honnêteté, l’auteur-compositeur-interprète ne souhaite pas mélanger ses deux passions : « Je crois au produit, mais c’est une autre facette de ma job. On veut laisser le produit vivre et prendre son envol sans extrapousser avec tout ce qu’on peut. On veut que ce soit le produit, par lui-même, fasse sa place. La Cherry River, c’est comme un bon vin qui vieillit bien. »

« Je m’adresse à des gens et c’est rassembleur, mais ce n’est pas nécessairement le même public que ceux qui viennent me voir. Si je trouve preneur avec des gens qui viennent me voir en spectacle, tant mieux, mais je ne veux pas pousser là-dessus en spectacle. Je ne vais pas dire que j’ai écrit la prochaine chanson en buvant de la Cherry River. Je suis capable de séparer les choses, c’est un projet connexe à ce que je fais. »

CRÉDIT PHOTO : FRÉDÉRIC LEBEUF

29 novembre : parution de son nouvel album (Rien ne se perd)

Rien ne se perd est un album assez représentatif de ce qu’il est aujourd’hui sans trop se poser de questions, Dupré est allé dans un chalet deux mois afin de composer les pièces de sa nouvelle palette. « Le titre est Rien ne se perd puisque je trouve que dans la vie tout ce qu’on fait et tout ce qu’on accumule, c’est du beau bagage. Bref, c’est ce qui fait ce que tu es aujourd’hui. Cet album-là, c’est ce que je suis aujourd’hui. Pour pouvoir exprimer comment je me sens en ce moment, j’essaie toujours de faire des albums en un, quand même, court laps de temps, parce que je sais que dans deux mois, je vais déjà être passé à d’autres choses. Les mélodies et les idées de textes arrivent, ils existent dans le moment présent ».

30 novembre : spectacle-événement à la Place Bell (de Laval)

EVENKO et ARP.Média t’offrent la chance de gagner ta paire de billets pour Marc Dupré et invitées le samedi 30 novembre 2019 à la Place Bell de Laval à 20 h. Rendez-vous sur notre page Facebook pour les indications.