Quatre ans après son passage à La Voix Junior dans l’équipe de Marc Dupré, Chloé Leclerc a présenté le vendredi 20 novembre son premier extrait de sa jeune carrière.

« C’est la première chanson que je vais lancer sur les plateformes à vie », s’est-elle exclamée quelques jours avant la mise en ligne de Notre histoire. Particulièrement fière et flattée, Chloé Leclerc définit ce feeling comme ceci : « C’est comme si je me mettais un petit orteil derrière la porte que je ne suis jamais allé ».

Non seulement c’est un très grand step pour l’auteure-compositrice-interprète de présenter, enfin, ses mots et sa musique, c’est une case de sa to do list qu’elle rêvait de cocher. « Je devais attendre le bon moment. Je sens que cette chanson est prête et que moi aussi. »

Après avoir travaillé 15 mois sur sa nouvelle composition, elle considère que c’était impossible d’amener celle-ci plus loin. « Elle a changé, les paroles ont changé et le titre a changé… J’ai épuisé toutes mes idées de fond en comble dans ma tête. En date d’aujourd’hui, c’est le mieux que je peux réaliser. »

« Je souhaitais trouver la plus belle façon au monde d’exprimer réellement comment je me sentais par rapport à cette situation », révèle celle qui a rendu hommage à sa mamie. Dans le vidéoclip de Notre histoire, Chloé a fait quelques clins d’œil à sa grand-mère afin de personnaliser le message. « J’avais envie de souligner sa force et son courage. Par le fait même, je désire accompagner d’autres individus qui se retrouvent dans un contexte semblable. Finalement, je voulais apposer des mots sur les émotions et les douleurs qu’une de ces personnes peut ressentir. »

« Je suis fière d’être venue à quelque chose qui fait en sorte que je suis satisfaite de moi. À travers un processus d’écriture, on se remet beaucoup en question. On souhaite un bon accueil de la part des gens, mais aussi de rester authentique. Ça me rend fière qu’une de mes chansons voit le jour enfin », s’exclame-t-elle.

Si elle écrit depuis l’âge de 12 ans, Chloé avoue que son crayon se fait beaucoup aller depuis la pandémie. « J’ai ressorti mon petit calepin. Je réalise que ça me fait du bien. Passionnée de chant et de musique depuis toujours, j’ai vraiment (re) découvert une passion pour la composition. »

Au printemps 2020, Chloé Leclerc est devenue co-ambassadrice de Leucan Montérégie. Avec la situation actuelle de la COVID-19, elle n’a pas eu la chance de vivre encore ce rôle à 100 milles à l’heure comme prévu initialement. « J’ai hâte de voir les jeunes en vrai, d’écouter leurs histoires et d’avoir des conversations avec eux ainsi que leurs familles. Si je pouvais donner un câlin à tous ces enfants l’un après l’autre, ça me ferait plaisir. », dit-elle avec compassion.

« Avec ma chanson et avec Leucan, je veux distribuer des petits paquets de bonheur à chaque humain. Cette cause me colle à peau.»

– Chloé Leclerc

Son rôle d’ambassadrice lui permettra de mettre un peu de lumière dans le quotidien de personnes concernées par la maladie « Ce n’est pas une réalité facile. Je souhaiterais faire une différence dans leur vie. Si je peux changer le cours d’un seul enfant, ça serait mission accomplie », clame-t-elle. Elle se réjouit d’avoir reçu une invitation de s’impliquer auprès de l’organisme. 

« Chloé Leclerc, c’est plus qu’une chanteuse. C’est aussi une animatrice et c’est même une humoriste depuis tout récemment. Il y a Chloé qui interprète les chansons des autres. Il y a la Chloé qui chante ses propres compositions. Il y a la Chloé animatrice qui aime embarquer les gens dans ses conneries. Toutes ses Chloé font la Chloé que je suis. Mon but #1 est d’être heureuse et de toujours avoir du plaisir dans tout ce que je fais. Je me considère chanceuse parce que j’ai plusieurs passions. C’est tous des loisirs qui se marient bien. »

« Je dirais les deux avec ses côtés positifs et négatifs. Ne pas pouvoir serrer mes grands-parents, les membres de ma famille et mes amis dans mes bras, c’est quelque chose qui m’a attristé. Cette situation m’a beaucoup atteint émotivement. Ça l’a mis un frein sur plusieurs projets comme Leucan ainsi que mon premier spectacle solo qui devait avoir lieu.

D’un autre côté, j’ai ressorti mon crayon et j’ai commencé à écrire des chansons. J’ai travaillé sur beaucoup de trucs que je n’avais pas le temps à consacrer auparavant. Par exemple, j’ai exploré beaucoup les logiciels de montage. Je peux, donc, monter des réinterprétations plus professionnelles. En plus, ça m’a permis d’être plus active sur les réseaux sociaux. »

« C’est une question piège puisque c’est l’entredeux de ce qui m’intéresse. Comme l’entrevue concerne la musique, je te dirais un album. »

« Première partie de spectacle ».

« Tournée de mon propre spectacle pour faire découvrir mon univers et mes chansons. »

« 100 % francophone all the way ! »

« Très proche des fans. J’adore lorsqu’on m’écrit des DM sur Instagram. Quand je reçois un message pour dire qu’une de mes interprétations leur a touché, ça me met une lumière dans ma journée. J’aime que les gens viennent me voir, c’est la plus belle récompense pour moi. »

« Je consomme énormément de chansons en français, beaucoup plus qu’en anglais. Roxane Bruneau a trouvé un bel entredeux entre la Roxane drôle sur les réseaux sociaux et la Roxane qui signe des textes puissants avec un message pertinent. Tout comme elle, j’ai envie d’être une Chloé comique, mais aussi une Chloé qui fait pleurer ses fans par l’entremise de sa plume. Par ailleurs, écouter ses chansons me fait voyager. »

« Charlotte Cardin pour les mêmes raisons. On doit encourager nos beaux artistes québécois. »

« Céline Dion, of course ! »

« Le hip-hop. Ça bouge et j’adore ça. »

« La musique country me va bien avec ma guitare. C’est léger et différent, mais j’aime ça. »

« Chanteuse sereine, très sereine même ! »

« La batterie a un plus grand impact dans une chanson. Soit dit en passant, j’aime bien les pièces sans batterie ; comme la mienne. »