« Drôles de Véronic est une émission de sketchs pour vous, avec Véronic et ses acolytes qui sont là pour vous faire rire et pour vous faire oublier le quotidien. »– Véronic DiCaire

La nouvelle série de 12 émissions sera présentée à TVA les mercredis à 21 h 30 dès le 27 janvier, tout de suite après Les beaux malaises 2.0. Je vous confirme que ce sera 30 minutes de rire, de plaisir et de divertissement. La série humoristique est une coproduction de Fair-Play et du Groupe 3.14, en collaboration avec Québecor Contenu. Elle a été écrite principalement par Marie-Andrée Labbé, avec la participation de Véronic DiCaire, Josée Fortier, Virginie Fortin et Odrée Rousseau.

Des sketchs, des fausses publicités, des reprises d’émissions, des créations de personnages comiques, des imitations musicales ; on peut dire que l’émission est bien remplie. Si vous êtes fans du Bye Bye de fin d’année, vous serez sans doute réjouis par cette nouveauté télévisuelle. Dans le premier épisode de la nouvelle série, on peut y voir, entre autres, une interprétation d’Isabelle Boulay, de Team White, de Marjo et de Sarah-Jeanne Labrosse qui ont tous dû trouver un plan B à leur carrière en temps de pandémie. Gladys Darisse, une vendeuse immobilière plutôt spéciale fait aussi son entrée. Une reprise de la populaire émission Chambre en ville vient conclure le tout. Dans le deuxième épisode, on commence avec des jeux de mots d’actualité, une audition pour trouver le nouvel animateur de L’amour est dans le pré, avec des imitations de Simon Boulerice, Louise Latraverse, Marthe Laverdière et Serge Denoncourt. C’est suivi d’un clin d’œil aux femmes de présidents, le tout entremêlé de nouveaux personnages et de chansons. L’épisode se termine par la venue de Céline Dion, évidemment interprétée par Véronic DiCaire.

Louise Latraverse

Fidèle à elle-même, celle qui a déjà chanté en première partie de Céline continuera d’épater le public par son immense talent d’interprète à travers de courts extraits musicaux. Son talent de comédienne sera également mis de l’avant dans cette nouvelle série québécoise et ses imitations seront toujours livrées avec amour et humour. Accompagnée de ses complices (Fabiola Aladin, Éric Bernier, Catherine Chabot, Gabrielle Côté, Josée Deschênes, Joanie Guérin, Sharon Ibgui, Anglesh Major et Benoît Maufette), elle saura parodier avec une certaine flatterie et un immense respect pour les personnalités qu’elle choisit d’imiter.

D’ailleurs, étant une grande fan des émissions de ce genre-là, Véronic était particulièrement heureuse de l’idée de travailler sur Drôles de Véronic « J’étais super excitée et contente quand on m’a proposé ce projet. Toutefois, j’avais certaines craintes parce que je me demandais constamment si je faisais la bonne chose. De plus, je ne savais pas comment le travail évoluerait, mais il y avait surtout beaucoup d’excitation. Ça a toujours été mon rêve de jouer ou de faire un projet de sketchs comme celui-ci. »

L’imitation de personnalités et la création de nouveaux personnages sont plutôt différentes des imitations musicales, selon elle. « Dans l’imitation de personnages qui existent, on est davantage dans l’observation et dans l’écoute. Dans le cas de Drôles de Véronic, on retrouve également des personnages qui n’existent pas. Ça a été un beau défi à relever. Par exemple, pour Gladys Darisse, qui se retrouve dans une scène du premier épisode, j’avais fait une proposition au réalisateur, mais il souhaitait apporter certains changements. Les techniciens ont également aidé à la création du personnage. J’ai trouvé ça tellement, mais tellement cool. En fin de compte, c’est sûr que c’est un travail qui se fait par moi-même, mais aussi par une équipe, autant dans la création des personnages que dans le jeu, ou dans les intentions. »

Gladys Darisse

La chanteuse et comédienne avait également un mot à dire sur la scène qui reprend Chambre en ville. « Étant plus jeune, j’avais le rêve d’interpréter certains personnages. Je pense entre autres à Lola, interprétée par Anne Dorval, dans la mythique émission, que j’écoutais quand j’étais adolescente. J’ai toujours rêvé de reprendre ce personnage, donc, j’ai, en quelque sorte, réalisé un rêve. Ce sketch restera un sketch chouchou pour moi. C’était un petit cadeau que je m’offrais avec celui-ci. »

Chambre en ville

La directrice au contenu, Josée Fortier, tenait à entourer Véronic de comédiens d’expérience comme Éric Bernier, pour qui on découvre d’ailleurs un immense talent d’imitateur, et Josée Deschênes, qu’on a pu voir récemment dans Le Phoenix aux côtés de Guylaine Tremblay à Séries Plus. Toutefois, voici ce que Véronic avait à ajouter. «  C’était important de faire découvrir de nouveaux visages. J’ai participé dans la sélection de mes futurs collègues. C’était super de voir et de sentir que c’était le premier projet télé de certains d’entre eux. J’ai adoré être témoin de quelque chose d’émergeant. Ils étaient dynamiques et apportaient plusieurs propositions. J’étais très bien entourée. »

Ensemble, ils ont eu beaucoup de plaisir lors des tournages. « On a eu plusieurs fous rires. En plus, le temps était très limité. C’est une émission qui aurait dû se réaliser en plus de six mois, mais nous avons finalement dû la faire en trois mois, à cause de toutes les conditions liées à la COVID, donc ça a été très intense. Lors de certaines journées, où on faisait trois sketchs, nous étions très fragiles vers la fin. On riait beaucoup, car une fatigue s’était installée. À un moment, on se rend davantage compte de ce qu’on joue et on réalise que c’est complètement loufoque. Tant mieux si c’est arrivé. Je ne veux pas avoir la prétention d’être un baromètre du public qui nous regardera, mais on se disait souvent : “J’espère que les gens comprendront et qu’ils riront aussi !” »

La fille qui ne sait pas qu’elle dérange

Pour ce qui est des portions plus musicales ; Diverses imitations, présentées normalement en spectacle par la chanteuse, pourront être entendues. De nouvelles feront aussi leur entrée. « Par exemple, hier (le 19 janvier) j’ai réinterprété une pièce de Roxane Bruneau, que je n’avais jamais faite auparavant. On s’est permis de l’imiter en incluant tous ses détails physiques : ses anneaux, ses oreilles, ses tatouages et ses cheveux avec une perruque. C’était “écœurant”. »

Le répertoire des chansons est aléatoire et varié et saura intéresser différentes générations. « Je ne voulais pas seulement de la musique de ma génération. Je voulais faire, par exemple, Angèle et Charlotte Cardin avec Faufile. Pour moi, c’était important d’aller chercher tout le monde. C’est donc possible qu’on ait choisi des extraits musicaux moins appréciés par le public et que celui-ci accroche davantage sur d’autres et c’est exactement ce qu’on cherchait. »

À ne pas manquer : Drôles de Véronic sera diffusé à TVA dès le mercredi 27 janvier à 21 h 30.