Dimanche dernier, on a bouclé la boucle de l’édition 2021 de Star Académie ! Lunou Zucchini était au côté de William Cloutier pour cette grande finale. Elle n’a pas remporté la victoire, mais la jeune chanteuse en ressort quand même gagnante sur toute la ligne. Voici ce qu’elle avait à me dire sur son parcours et sur ses projets. 

Lunou, qu’est-ce que ça représente, pour toi, d’avoir été finaliste de Star Académie ?

C’est tellement une belle vague d’amour ! Dans ma tête, c’était tellement improbable ! Je ne m’attendais pas du tout à ça ! En même temps, c’est une grosse validation. C’est un show mené par le public. C’est lui qui décide qui part et qui reste. De m’être rendue aussi loin grâce à eux, c’est vraiment valorisant. Wow !

Avec la frénésie des cours, des répétitions et des galas, as-tu réussi à profiter de chaque moment passé à l’académie ?

Je pense que oui ! C’est impossible de tout assimiler pendant l’aventure. Par contre, on a entendu tellement de conseils. On devient de vraies éponges. Certains trucs vont raisonner en nous demain matin, d’autres choses dans 6 mois, 1 an ou dans 20 ans. On assimile ces trucs-là et on s’en servira au bon moment dans notre vie.

La principale raison qui t’a poussé à t’inscrire à Star Académie est les apprentissages. Est-ce que l’académie a été à la hauteur de tes attentes ? 

Oui tellement ! Je dirais même bien au-delà de mes attentes. C’est sûr qu’il y avait beaucoup de choses techniques à apprendre, de façon pédagogique. Il y a beaucoup de choses aussi que c’est en les faisant que tu les apprends. Je n’avais jamais pensé pouvoir monter un show de cette ampleur-là chaque semaine. On ne vit pas ça deux fois dans une vie, on apprend tellement de choses, tellement vite.

Quels artistes invités t’ont le plus marqué ?

Il y en a tellement eu ! J’ai adoré le moment avec Véronic DiCaire, c’est tellement une grande artiste ! Elle est tellement impressionnante et généreuse. J’ai adoré aussi travailler avec Alexandra Stréliski ! J’aime beaucoup sa musique instrumentale au piano ! Chanter des chansons oscarisées, accompagnée par elle, dans un univers qu’elle avait créé, c’était magique comme moment.  

Comment as-tu trouvé l’expérience des galas en direct, sans public ?

Je trouvais étrange de faire un show sans public au début de l’aventure. Finalement, c’est juste autre chose, comme un jeu avec les caméras. Tu apprends à jouer différemment. Ce qui est plus difficile par exemple c’est de ne pas avoir de rétroaction, d’énergie du public. D’un autre côté, on avait une grosse équipe de production, de techniciens qui étaient là. Il y a eu des trucs de visionnement uniques aussi, qu’on n’aurait pas pu obtenir avec du public sur place.

Est-ce que ç’a été difficile pour toi de créer une chanson en équipe pour le EP ?

Pour moi, c’est difficile de créer une chanson, point ! Je n’écris pas, j’étais plus comme un guide. C’était plus facile pour moi juste de le dire quand j’avais une idée et laisser les autres écrire. J’ai trouvé ça moins intimidant que d’écrire toute seule.

Aimerais-tu éventuellement te mettre à l’écriture ?

J’adorerais être capable de le faire. J’imagine qu’on a tous cette possibilité d’écrire. Pour l’instant, je ne le sens pas. Je ne me sens pas inspirée. Je ne dis pas que ça n’arrivera jamais, mais pas maintenant. Et si ça n’arrive jamais, ça serait correct aussi, je ne serais pas malheureuse pour autant. Si je suis interprète toute ma vie, je vais être heureuse. Et si un jour je compose, tant mieux !

Tu as beaucoup hésité pour le choix de ta chanson lors de la grande finale. Tu as finalement interprété Vole, de Céline Dion. Es-tu fière de ton choix finalement ?

Oui, je suis contente ! J’ai eu du plaisir à la faire. C’était complémentaire à ce que William faisait. C’est le fun quand le show c’est un tout, quand il y a un fil conducteur. Je ne regrette absolument rien.

Tu es invitée à chanter un duo avec l’ancien académicien Simon Morin pour la série Le chaos. Comment as-tu réagi quand tu l’as appris ?

C’est vraiment cool ! Je suis vraiment flattée qu’on ait pensé à moi. Je n’ai jamais fait de plateau télé de fiction comme ça. En plus, c’est pour chanter ! De jouer et de chanter, c’est deux choses que j’adore. Avoir l’opportunité de faire les deux ensemble, c’est un beau cadeau ! J’en suis très reconnaissante.

Au printemps prochain, tu pars en tournée avec William. Qu’est-ce que ça te fait de savoir que vous allez parcourir le Québec pour rencontrer le public ?  

C’est une belle opportunité ! Ça ne fait pas longtemps qu’on le sait. J’ai hâte de voir vers quoi l’on s’enlignera, ce que ça va impliquer. Je suis vraiment heureuse de voir que le public est au rendez-vous, de pouvoir aller les rencontrer. De savoir qu’il y a des billets qui se vendent même si on ne sait pas encore à quoi ça ressemblera, c’est vraiment fou !

As-tu d’autres projets en tête ?

Je veux me laisser des portes ouvertes. Pour l’instant, je ne suis pas prête à travailler sur un album. On verra dans quelque temps. Si j’ai des propositions de comédies musicales ou de séries télé, je ne dirai pas non. Je laisse la vie me guider.

Crédit photo : Éric Myre