Le 16 octobre dernier, FrankySelector a dévoilé son album « Never Better ». Au programme des chansons good vibes avec des sonorités rythmées et funky. L’artiste nous a fait le plaisir de revenir sur cette sortie musicale.

Musicien, multi-instrumentiste, chanteur, compositeur ou encore DJ, FrankySelector est un véritable touche-à-tout. Après un an de préparation, il sort « Never Better ». Cette fois-ci, je n’ai pas de concept particulier « uniquement de la feel good music positive qui fait du bien » comme atteste l’artiste.

Effectivement, les musiques proposées donnent le sourire et apportent de la chaleur. C’est le cas pour « One Afternoon in June » qui nous fait regretter l’été. Le single officiel « She’s so Carefree » a été propulsé dans différentes playlists depuis sa sortie.

On retrouve une fusion de sonorités associées à différentes cultures. Un univers ensoleillé avec de la musique funk, des beats afro-cubains, et même un peu de reggae. La promesse d’une surprise auditive assurée.

C’est grâce à ses parents que FrankySelector s’est forgé une solide culture musicale dans tous ses styles. Avec un père libanais et une mère québécoise américaine, il baigne dans le jazz, la soul ou encore la musique orientale et française. « C’est la musique qui m’a choisie depuis que j’y ai gouté à l’adolescence. C’est difficile d’en sortir après, c’est comme une drogue » s’amuse à dépeindre le musicien.

« En live, j’aime voir les gens danser et échanger avec eux »

Pour ce passionné, l’art est très important dans son processus de création. « L’art nourrit mon âme. La musique, les arts visuels, la danse et le théâtre m’inspirent », dévoile l’artiste.

Et c’est dans son studio que la magie opère. Un véritable laboratoire d’expérimentation pour le musicien. « C’est très le fun, on voit l’inspiration prendre forme », confirme FrankySelector. Ce qu’il préfère le plus c’est la scène. « En live, j’aime voir les gens danser et échanger avec eux », confirme en riant l’artiste. L’album « Never Better » a reçu des retours positifs. Une chose est sûre, on n’a pas encore fini d’en parler.

Franky Selector

Photo de courtoisie : Patrick Maltais Verrette