Après avoir annoncé la venue de Marie-Eve Janvier comme membre à temps plein lors de leur prochaine tournée, les Forever Gentleman (Corneille, Garou & Roch Voisine) prendront la route du Québec afin de présenter 22 spectacles.

Dès le 1er mai, l’aventure recommence avec un spectacle à L’Étoile Banque Nationale (Brossard) pour se conclure le 15 juin dans la Capitale-Nationale. Voici des entrevues réalisées durant un événement de presse qui avait lieu le mercredi 27 mars au Loews Hôtel Vogue.

Garou & Roch Voisine

Qu’est-ce qu’il y a de différent par rapport à la première tournée?

Garou : Il va y avoir des différences… Déjà visuellement, on repart dans une mise en scène plus modernisée, les décors changent, les costumes changent et la grande venue de cette nouvelle tournée, c’est clairement Marie-Eve Janvier. Elle amène non seulement son talent incroyable, mais elle amène aussi une nouvelle dynamique. Avant, on était 3 boys qui étaient dans l’univers de folie, de belle musique, de nostalgie et aussi d’humour et de grandes blagues. Là, elle vient casser nos blagues autant qu’elle vient égayer nos chansons.

Roch : Je pense que le répertoire a aussi évolué parce qu’il y a beaucoup de choses qu’on ne pouvait pas faire. On s’entend qu’il y a de grandes chansons qui étaient écrites pour des femmes à cette époque-là et elle va s’en charger. Comme Garou dit, on va l’intégrer et il va y avoir des surprises. On commence à travailler là-dessus ; elle va amener sa personnalité et je pense que ça restera drôle.

Garou : C’est important que dans ce show-là qu’il n’y ait rien d’imposé. Même si j’ai la casquette de metteur en scène, le but n’était pas de dire à Roch ou à Corneille quoi faire dès le début.

Roch : Je pense qu’on a fait le bon choix avec Marie-Eve ; elle va faire sa place naturellement là-dedans.

Est-ce que c’était un besoin d’intégrer une nouvelle dynamique (en recrutant Marie-Eve) pour renouveler le spectacle?

Garou : Ce n’était pas un besoin absolu ou une urgence de faire un gros changement comme celui-là, c’était vraiment une envie de rafraîchir le show. Je trouve que c’est une belle équation.

À défaut de me répéter relativement aux questions qu’on vous a posées lors de la première tournée, c’est quand même particulier que vous soyez des crooners francophones dans un style souvent référé à un répertoire plutôt anglophone…

Garou : C’est quand même beaucoup né de la France parce que ce jazz-là était quand même dans Saint-Germain. Tout ce jazz a énormément influencé… Si on pense aux plus grandes chansons. Par exemple, My Way était une chanson française à la base.

Roch : La belle vie a été écrite par un Français ; la chanson été traduite en anglais et elle est revenue en français. La France a plus d’impact qu’on le pense. Il y a un répertoire francophone qu’on fait dans ce spectacle, il y a une vraie légitimité pour le français là-dedans.

Marie-Eve Janvier

Comment est venue cette idée d’intégrer Forever Gentlemen?

C’est Roch qui m’a appelé par un bel après-midi, il y a quelques semaines et il m’a demandé si je voulais me joindre officiellement à l’équipe. J’ai dit « OK, pour quelques spectacles? » et il m’a répondu : « Non, la tournée au complet. Comme genre la “gentlewomen”, tu embarques dans la gang! ». J’ai eu une demi-seconde de réflexion, ça marche. Je m’arrangerais avec l’horaire ; il n’y a pas de problème. J’ai beaucoup de choses ces temps-ci, mais pourquoi ne pas ajouter quelque chose de plus ; par exemple cette tournée-là ? C’est que du plaisir ; j’avais fait quelques spectacles avec eux au début, quand j’étais enceinte de ma fille, et j’avais tripé.

Comme vous n’avez pas encore commencé les répétitions en vue du spectacle, est-ce que ça t’ajoute une certaine pression, car la première s’en vient vite?

Je suis excitée plus que stressée. C’est vraiment de l’excitation, c’est des classiques qu’on connaît tous. Eux les font d’une certaine façon ; ils sont déjà en mode de m’intégrer. Il n’y a pas d’ego, il n’y a pas de problèmes ; ils sont très généreux là-dedans (par exemple, il me demande toujours si je suis à l’aise avec ça) et ils sont très enveloppants. Ils sont à l’étape d’ouvrir les portes et les horizons afin de laisser plus de place et ils m’en donnent beaucoup.

Je sais que tu as déjà été souvent en présence de Corneille, Garou et Roch Voisine; est-ce que tu te pinces d’avoir encore la chance de jouer avec eux?

Complètement, je le vois comme un privilège. La petite fille en dedans est bien excitée parce que je suis quand même une fan de ces gars-là. Ils ont tous marqué ma vie musicale à différents moments. Roch, j’ai grandi en l’écoutant chez nous et ma mère capotait dessus. Garou, j’ai commencé à Notre-Dame de Paris et il était le premier Quasimodo ; ç’a été une de mes premières inspirations. Corneille, je pense qu’on se rejoint sur plusieurs points aussi, comme le fait qu’on a presque le même âge et une famille. Ce sont de belles bulles dans une vie personnelle et professionnelle. En plus d’aller chercher beaucoup d’expérience, je vais combler une espèce de rêve, de fantasme en chantant avec ces trois gars-là.

En pleine tournée promotionnelle de son nouvel album « Parce qu’on aime », Corneille n’était pas présent lors de l’événement de presse.