Le chroniqueur de La Presse, Marc Cassivi, est revenu sur le vox pop qu’a fait l’humoriste Guy Nantel. Toutefois, Cassivi a jugé que la démarche de Nantel « avait des limites ».

Le journaliste a expliqué qu’il avait « un message sous-jacent à son vox pop ». « La démonstration qu’il tente de faire, le message qu’il porte depuis plusieurs mois, c’est que son humour a été mal interprété par des gens mal intentionnés (critiques, chroniqueurs, militants de gauche, etc.) qui ont sorti ses blagues de leur contexte », a-t-il écrit dans son texte.

Deux paragraphes plus loin, l’éditorialiste a décrit Nantel comme une personne qui s’est érigée en martyr de la liberté d’expression, qui a rendu banale la culture du viol. « […] Je ne saurais dire quelle était son intention en parlant d’Alice Paquet. Ce que je sais, en revanche, c’est que lorsqu’il perpétue dans son humour des préjugés antisémites ou islamophobes, ce n’est pas pour dénoncer l’antisémitisme ou l’islamophobie », a-t-il mentionné.

Évidemment, la réplique de Guy Nantel ne s’est pas fait attendre. Dans un message publié sur son compte Tweeter, l’humoriste s’est demandé si le chroniqueur est idiot ou s’il fait semblant. « Tu sais très bien quel était l’unique but de mon vox pop : c’est de prouver que l’objectif de l’humour n’est pas de réconforter les gens dans une morale à 5 cents comme tu le fais dans 90 % de tes articles », a-t-il ajouté.

Crédit photo : Karine Dufour
Source : La Clique du Plateau