Le Droit a révélé qu’une résidente de l’Outaouais, Maude Gaumont, a été accusée de harcèlement et de production de faux messages à l’endroit du clown Atchoum.

Celle qui se cache derrière le clown Atchoum, Véronique Gagné, a vécu un calvaire pendant deux années. Les deux femmes se sont rencontrées en 2017 pendant un spectacle donné à Mont-Tremblant. Comme le raconte Le Droit, Maude Gaumont cherchait à savoir si le clown était libre pour tenir un spectacle-bénéfice « pour financer des traitements dans des chambres hyperbares pour des enfants ».

Le journal relate que la harceleuse a envoyé de faux messages en se faisant passer pour 40 personnes différentes. La victime n’était pas au courant qu’il s’agissait de la même personne. Mme Gagné a indiqué que la résidente de l’Outaouais lui a fait croire qu’elle était pédophile, journaliste et infirmière.

« La “journaliste” me demandait si je m’étais engagée pour d’autres événements. Dès le début, je recevais des messages comme : “Ne fais pas le spectacle, sinon, si demain (tel enfant) est à son spectacle, ça va mal aller”, etc. », a-t-elle raconté au quotidien.

Selon nos sources, la victime devrait aller témoigner le 16 avril.