Isabelle Racicot, animatrice télé et radio depuis une vingtaine d’années, nous emporte dans les coulisses de son premier documentaire réalisé par Christian Lalumière. Pour mes fils, mon silence est impossible sera diffusé sur ICI TÉLÉ le 23 novembre prochain. Elle abordera le racisme avec son point de vue de mère et de femme racisée. La mort tragique de George Floyd en mai dernier remet sur le tapis une multitude de questions pour l’animatrice. 

D’ailleurs, ce projet se veut comme sa quête à la recherche des réponses à ces préoccupations. Discriminations, bavures policières, profilages raciaux et agressions sont autant d’exemples noyés dans le quotidien des personnes de couleur.

Isabelle Racicot en a bien conscience et condamne ces agissements depuis l’enfance. Née d’une union entre un homme noir et une femme blanche, elle a toujours éprouvé des difficultés à comprendre ces problématiques raciales.

Ce fléau perdure encore et préoccupe cette maman ; «Les conversations et les questionnements de mes garçons, pour donner suite à la mort de George Floyd font partie des raisons pour lesquelles j’ai voulu participer à ce documentaire », exprime avec émotion la maman. L’ampleur du mouvement Black Live Matter intensifié depuis la mort de George Floyd a permis une prise de conscience générale et mondiale. « J’en ai encore des frissons en y repensant… J’ai l’espoir que les choses évoluent, car contrairement aux années précédentes où seuls les noirs protestaient, cet été toutes les ethnies et origines ont manifesté ensemble en faveur du mouvement Black Live Matter. » Émotionnellement, le tournage du documentaire était difficile. Il plonge la présentatrice dans les vestiges d’une histoire douloureuse. Un saut dans le passé obligatoire pour aborder le racisme.

Un documentaire riche en émotion

Tout au long du documentaire, au gré des recherches et des rencontres, la présentatrice nourrit sa réflexion sur la réalité des problèmes raciaux. « J’ai constaté à quel point, la communauté noire était lésée et peu représentée dans le passé », s’indigne-t-elle.

En théorie, selon la déclaration des droits de l’homme, tous les êtres humains naissent libres en dignité et en droits. Pourtant, les innombrables preuves de discriminations prouvent le contraire. Étant l’une des rares femmes de couleur dans le show-business canadien, elle déplore le manque de représentativité des personnes noires.

« Très peu de personnes racisées occupent des postes de directions et dans les médias, donc beaucoup de changements sont à faire à ce niveau », dénonce-t-elle.

Isabelle Racicot a mis tout son cœur, son temps et son énergie pour mener à bien son projet. C’est la promesse d’un documentaire informatif et non moralisateur. Radio-Canada convaincue par le projet l’invite sur sa grille horaire le 23 novembre prochain.

Crédit Photo : Julie Perreault