L’animateur d’Occupation Double, Jay Du Temple, est un excellent modèle pour les jeunes. Il se fout des conventions, porte du vernis à ongles, a l’audace de porter une jupe et finalement, le plus important, il reste lui-même.

Mais cette ouverture de la part du magazine Elle Québec semble choquer certains membres de la communauté LGBTQ+. Dans un article publié dans La Presse et un autre dans Le Devoir, on regrette que ce soit « un homme cisgenre hétérosexuel qui amorce une minirévolution de l’identité de genre à leur place dans l’espace médiatique », peut-on lire.

L’auteure trans Pascale Bérubé reproche au magazine de publier des photos qui empruntent un style queer pour présenter un homme masculin non toxique. « Le vêtement est souvent politique, ce n’est pas juste esthétique. » « On risque de perdre la notion réelle de la non-binarité et arrêter de se questionner sur la symbolique derrière un choix de vêtement », ajoute-t-elle.

Dans le même article du Devoir, on a interrogé un jeune homosexuel Alexandre Cholette qui évolue dans le monde du marketing. Ce dernier a affirmé que l’humoriste n’est pas le premier à briser les barrières. « Beaucoup sont passés par là avant lui, des personnes pour qui ce n’est pas un jeu, mais bien l’affirmation d’une identité qui leur a valu d’être critiquées et discriminées. C’est à ces personnes qu’on devrait donner plus de visibilité ».

Malgré les critiques, Pascale Bérubé et Alexandre Cholette soulignent l’ouverture de l’humoriste. Mais ils reprochent toujours au magazine d’avoir pris un homme blanc hétérosexuel.