Dans une entrevue accordée à Denis Lévesque, Jérémy Gabriel est revenu sur la fameuse photo partagée par le Rockfest de Montebello où il semble fumer du pot.

Sans détour, l’animateur lui a demandé s’il avait fumé de la drogue. « Premièrement, je ne vais pas répondre oui, je ne vais pas répondre non. Je crois que c’est important que je garde une vie privée. En même temps, la photo n’est pas d’intérêt public », a-t-il confié.

Le jeune homme convient que lorsqu’une photo comme celle-là est exposée au public, il faut s’attendre à ce type de chose. « Cependant, ce n’est pas dans l’intérêt public de savoir si c’est moi, ce que je fume, ce que je consomme dans la vie. Ça arrive une fois de temps en temps que je prenne un verre de bière ou de vin », a-t-il raconté.

Devant la controverse engendrée, Jérémy Gabriel a décidé de fermer son site Facebook pendant un certain temps. « Il y a beaucoup de messages qui sont rentrés, de toutes les natures. Ça devient une question de gestion et quand les gens voient qu’on ne peut pas leur répondre, ça devient hors de contrôle. C’est une question de gestion. C’était mieux, ce jour-là, de simplement fermer la page », a-t-il révélé.

Les excuses du Rockfest

Il a été surpris qu’un festival respecté comme le Rockfest ait publié une photo comme celle-là. « Ça soulève beaucoup de questions. Pourquoi avoir partagé une photo qui n’a pas de lien avec le Rockfest ? C’était très difficile de comprendre le raisonnement ; la publier en insinuant que j’étais un drogué », a-t-il expliqué.

Il en veut aussi à la dernière phrase du message d’excuse d’Alex Martel, fondateur du Rockfest, qui le qualifie de « grand artiste de la chanson québécoise ». « Ça “fait un peu dur” comme excuse, mais au moins ce sont des excuses ; ç’a été rectifié et la photo a été enlevée », a-t-il ajouté. Il faut rappeler que le chanteur voulait poursuivre le Rockfest.

La photo litigieuse a été partagée plus de 1500 fois sur les réseaux sociaux. Jérémy Gabriel a avoué qu’il ne savait pas d’où venait la photo.

Pour voir l’entrevue complète, c’est ICI

Photo : Ici Radio-Canada Télé