La comédienne Julie Le Breton s’est confiée sur la deuxième saison de Victor Lessard qui est présentée en ce moment. C’est dans Le Journal de Montréal qu’elle s’est livrée.

Le Breton a expliqué que la seconde saison est plus « tentaculaire » que la première. Elle a confié au JdeM qu’on retrouve « la même complexité d’enquête, mais ça se déploie d’une autre façon. Il y a une espèce de réseau interlope qui est d’une cruauté effarante envers des gens très vulnérables. Victor [Patrice Robitaille] et Jacinthe devront plonger là-dedans afin de remonter jusqu’à la tête dirigeante du réseau, parce que ce genre d’affaires a souvent des ramifications multiples, et il y a pas mal de “pas fins” ou de “crottés”, comme on aime dire ».

La comédienne est revenue sur les changements de son personnage pour la seconde saison. Selon elle, Jacinthe Taillon n’est plus vu comme une personne qui fait des maladresses. « Dans la deuxième saison, elle aide plus à faire avancer l’enquête. Je trouve ça bien intéressant, parce que Victor a des intuitions, et Jacinthe continue à le relancer et à le confronter, mais pas dans un esprit de contradiction ».

Elle a précisé que son rôle dans la série aide plus Victor « à clarifier sa pensée » et que son collègue a lui aussi vécu quelques changements. Elle a donné en exemple le premier épisode qui sera traumatisant pour lui. « Victor est très habité par la culpabilité, et il y a un parallèle à faire avec son père, qui est très présent tout au long de la deuxième saison. Bref, Victor continue à être un homme tourmenté et troublé ».

Rappelons que les tournages pour troisième saison de Victor Lessard ont commencé dernièrement.

Source : Journal de Montréal