Salut, tout le monde, l’année dernière je finissais avec des souhaits pour 2021 plein d’espoir, de douceur et d’amour ; un monde plus beau que laid par nos gestes.




Ce n’est pas ce que nous avons eu exactement à 100 %, mais avec le retour des spectacles presque pleine capacité, les karaokés qui reprend vie et ça ne fait que commencer. La vaccin est arrivé avec son lot de questions et de division d’esprit

Oui la pandémie est toujours présente, mais on dirait que la musique a pris une place de choix comme un organe vital qui a cette soif constante de sensation forte.
En ce moment la vie reprend son rythme au courant des 12 derniers mois,
j’ai eu beaucoup, beaucoup de belles découvertes et des retrouvailles avec des artistes que j’affectionne particulièrement.

J’ai vécu sans demi-mesure chacune de mes écoutes à travers les 45 œuvres choisies dans ma rétrospective. Elles m’ont fait vivre des montagnes russes d’émotions qui ont su garder en éveil ma curiosité.

À ce propos merci à tous ceux qui m’ont fait vibrer, les relationnistes de presse, tracking radio, amies, collègues et musicien passionné. J’espère que vous vous reconnaissez. 

Alors nous y voilà, j’ai choisi 45 de mes albums qui m’ont fait battre le cœur… à écouter pour créer des refuges imaginaires, de très bonnes idées cadeaux ou simplement se divertir et changer le mal de côté entre nos sujets de discussions monopolisées par vous savez qui.

On ne lâche pas mes amies un nouveau chapitre s’entame à l’horizon. Je nous souhaite une année 2022 pleine d’amour une fois de plus, de douce guérison qui apportera un vent de changement favorable pour notre futur à l’unisson, mais surtout une année plus calme et artistiquement renversante.

Préparez-vous, les feux d’artifice arrivent. Bon temps des fêtes les amis ! Sachez que l’ordre n’est pas important.  Partagez l’article et parlez-en si vous le voulez et bonne lecture et bonne écoute.

45. Mastodon-Hushed and Grim

Un album double de 15 pièces faites de hard rock pulsatile, de progressif vif et stoner rock émotif avec profondeur acquise dans des ballades rudes, mais efficaces. Mastodon continue d’offrir ses chansons lourdes et terreuses, mais cette fois, les thèmes abordés sont le deuil, la colère et la dualité dans l’âme. Sur des riffs explosifs de prog métal et sludge faits de guitares boueuses avec les 3 voix ensemble qui s’harmonisent dans la souffrance commune du groupe.

44-Nathaniel Rateliff And The Night Sweats -The Future

11 pièces faite de  néo-soul funk, de rock, de blues et de R&B, entre The Black Keys, Motown, Bob Dylan
et le Dr John. Nathaniel Rateliff, avec sa voix rocailleuse et puissante, à un petit je-ne-sais-quoi à la Joe Cocker.
Il nous convie avec les Night Sweats à une grosse fête déchaînée sur des chansons  qui s’aventurent dans les batailles quotidiennes qui nous entourent, le  fardeau que le monde peut être, le courage de bâtir son avenir, le doute de soi et l’anxiété collective.

43–Étienne Coppée -Et on pleurera ensemble

9 pièces dans un folk gracieux beau et doux comme un couché de soleil avec du gospel pour bercer le cœur frileux.
une odyssée de chansons magnifiques qui explore l’amour dans l’amitié, les voyages au fond de l’âme, les vestiges de ses souvenirs dans une poésie captivante. C’est beau, c’est fort et c’est soudé.

42-Antoine Lachance – Ciné-parc fantôme

10 pièces dans un pop-rock onctueux et orchestré par l’émotion de la voix de Lachance. Sur des effluves dansants qui se transforment plus loin en mélodies aériennes entre Daran, Daniel Bélanger et Elbow. Son  album le plus accompli artistiquement jusqu’à présent. Ciné-parc fantôme, une œuvre pop rock cinématique captivante, enveloppante et touchante.

41- Silk Sonic – An Evening With Silk Sonic

Les 2 musiciens du moment les plus audacieux de la néo-pop r&b, Bruno Mars et Anderson Paak forment le duo extravagant vintage Silk Sonic. An Evening With Silk Sonic, 9 pièces dans une combinaison délirante et sexy de soul funk et r&b des années 70 avec une section de cordes enivrante. Un peu de jazz et disco dans la mixture. L’univers du duo propose des hymnes funkadelic  sur les amours désuets, l’anxiété, la fête, le plaisir sur des vibrations feel good inspirées par Aretha Franklin, Marvin Gaye, James Brown, Miles Davis, Stevie Wonder, The Parliaments et Prince.

40-BADBADNOTGOOD-Talk Memory

8 pièces dans un  jazz  au courant naturel entre Miles Davis, Pharoah Sander,l’esprit des années 70, Fela Kuti, le rock fuzzy  psychédélique complètement assumé. Avec des contributions des instrumentistes  comme  Laraaji , Karriem Riggins, Terrace Martin et Brandee Younger. Tous les éléments sont en place pour une œuvre  fascinante.

39-Daughtry-Dearly Beloved

13 pièces qui retournent au chansons rock coup de poing qui racontent la détermination, le monde qui sombre dans le chaos, l’amour rugissant, l’importance de prendre sa place, ces êtres chers qui partent trop tôt, la vie en éclat. Il y a fort longtemps que je n’avais pas vu la bande aussi énergique dans ses guitares turbulentes qui sont plus voraces
et ses refrains qui rasent tout sur leur passage comme une tornade. Le meilleur depuis Break the spell (2011).

38-Deafheaven-Infinite Granite

9 pièces dans un virage à 90 degrés faites de black métal, shoegaze, post-rock expérimental atmosphérique. Oui, vous avez bien lu ! On délaisse le côté brutal, même le chanteur George Clarke élargit son registre vocal vers des mélodies douces et fantomatiques. Deafheaven explore la fureur et l’angoisse et l’introspection, les dilemmes de la douleur et les expériences humaines à travers une poésie abstraite torturée.

37-Kings of Convenience-Peace or Love

11 pièces dans un folk jazz  feutré plus gracieux que jamais. Le duo aborde des chansons douces et mélancoliques qui a pour thème l’amour sur toutes ses coutures, tantôt amère, d’autres fois brillant et souvent fébrile, la beauté des émotions. Une vision du couple à travers des réflexions philosophiques et réalistes à la fois; saisir la magie de la vie pour le temps qui reste.

36-Nick Cave & Warren Ellis – Carnage

8 pièces art rock fait d’électro  atmosphérique menaçant  sur des arrangement de corde cinématographique  de la part de Ellis. Le duo offre des chansons grondante  et ténébreuse qui creuse dans un labyrinthe de douleur qu’on ressent
à travers la voix  brisé par les larmes et l’injustice du rocker Nick Cave qui chante  l’isolement, la solitude, la mort, la souffrance , le deuil et l’amour avec un mélange exquis et troublant de colère, violence et de démence.

35-The Paper Kites-Roses

The Paper kite continue son voyage au cœur d’une poésie sentimentale qui raconte la beauté et la laideur des petites choses de tous les jours, la tristesse au cœur de la ville silencieuse, l’amour magnifique, des images fortes qui se révèlent dans la douceur des accords de guitare brumeux et de pianos tristes, avec les voix unies qui tracent des harmonies chaleureuses et enveloppantes. Comme si la musique de The Paper Kites, qui est composée d’arrangements dans le rock ambiant des années 80, le folk pop et le country,  vous faisait étreinte.

34-Vincent Alizé-Nos royaumes interdits

12 pièces dans un folk planant orchestral qui soulève des frissons jusqu’au fond de l’épine dorsale par sa douce intensité. Des chansons qui racontent les voyages vertigineux que procure l’amour autant dans des moments d’extase que ce moment sombre de ruptures, les bouleversements qui nous font grandir et son expérience en Asie du sud-est (la Thaïlande et le Camboge). Des mots qui résonnent dans une poésie sans armure qui nous rentre dedans tout comme ses mélodies cinématographiques.

33-Vincent Vallières-Toute beauté n’est pas perdue

11 pièces dans un folk résolument plus rock téméraire que son prédécesseur. L’homme de 42 ans scrute ses états d’âme sur des chansons entre jeux d’ombres et de lumières qui racontent ces moments de combat intérieur pour trouver la paix, la pandémie qui dessine une distance qui nous éloigne de l’un et l’autre, les souvenirs de kid en colère, la vague d’espoir pour unir nos voix et nos mains pour s’en sortir ensemble et  un face-à-face avec l’homme dans le miroir.

32-Delgres-4:00 AM

12 pièces dans une musique intuitive et engagé qui passe par le guadeloupéen, le créole et le blues de la Nouvelle-Orléans. Des hymnes pour ceux qui se tuent à petit feu à la tâche pour faire vivre les autres aux dépens de leur vie.
Ces héros oubliés trop souvent pour finalement finir dans l’ombre de leurs besognes. Le racisme et les souffrances du quotidien au grand jour sont révélés également dans ses rythmes enracinés dans le blues teinté dans la colère et l’incompréhension.

31-Sam Tucker-ll In Good Time

13 pièces dans un mélange de rock ‘n’ roll vif et de blues tenace avec des grooves rétro dansants enivrants. Il  propose une collection de chansons qui raconte les bras grands ouverts et le cœur palpitant  ses expériences que la vie avec ses guitares blues pas très loin toujours prêt à refaire le monde à coup de puissants riffs électrisants. Tucker nous rappelle un croisement entre  Nick Murphy aka  Chet Faker, The Black Keys, Jim Morrison (The Doors) , Leif Vollebekk et The Rolling Stone.

30-Brandi Carlile-In These Silent Days

10 pièces dans un country americana avec des harmonies vocales proéminent chaleureux et quelques surprises à l’horizon… Brandi Carlile chante la spiritualité et ces crimes odieux, le sentiment de se sentir étranger, son rôle de mère loup dans sa famille, le chemin de la pauvreté, la rédemption et l’amour autant dans ses moment de faiblesses que ces moments de grande douceur, et les chevaux brisés de son passé.

29-Leon Bridges-Gold-Diggers Sound

11 pièces faites d’un néo soul intemporel fait de r&b ,jazz, de gospel et de pop dansante. Bridges s’ouvre sur  des chansons qui racontent le temps qui avance malgré nous, les amours fanés, l’injustice, la nostalgie comme un antidote, l’isolement et la solitude et le meurtre barbare de  George Floyd. Les paroles de Bridges prennent tous leurs sens dans ses mélodies lumineuses juste assez rythmées pour mettre des coups de bassin dans l’écoute. L’artiste continue de fusionner son ton doux et velouté avec l’attitude de Sam Cooke et le grain rugueux et savoureux entre Otis Redding et Frank Ocean.

28-Oktoplut-RIONNOIR

un album double de 15 pièces faites d’un punk rock alternatif décadent qui explore le stoner rock, le prog et le hard rock. Oktoplut offre à coup de décibel dans ses guitares hurlantes des chansons crasseuses  qui racontent l’effet miroir de la perception de nous même envers les autres. Le long combat de tout les jours d’assumer sa part d’ombre, une observation ludique et lucide de notre manière de nous voir.

27-SUUNS-the Witness

8 pièces dans un électro-jazz sinueux et atmosphérique Le trio explore à travers des synthés au rythme saccadé et des instruments au son écorché et du saxophone tout droit sorti d’un film de David Lynch. Sans oublier la voix distorsionnée mystique et endolorie de Shemie. The Witness, c’est un album d’ électro-jazz obscur et déconcertant.

26-Les Shirley-Forever Is Now

10 pièces punk rock salace dans l’adrénaline avec une wave de synthétiseur pop-rock 80. Les Shirley nous rappellent des groupes comme The Runaways, The Clash, Rage Against The Machine et L7. A cause de son hymne au refrain rebelle unificateur qui brasse la cage, Le trio s’amuse et nous fait trémousser de plaisir dans ses chansons indociles et délicieusement effrontées.

25-Iron Maiden-Senjutsu

Un album double de 1 h 22 fait de 10 pièces faites d’un mariage entre le hard rock lourd et le progressif aux ambiances mélancoliques, complexes et grandioses avec des parfum médiévaux. À travers la douleur, en raison de son cancer, Bruce nous chante avec sa voix puissante comme dix mille armées une épopée sur les derniers jours sanglants d’un empire mythique, la mort des Celtes, les vagues à l’âme émotionnelle très sombre de l’homme et la fin d’une ère brutale sanguinolente pour l’humanité.

24-Foo Fighters-Medicine At Midnight

9 pièces dans un mélange puissant fait de rock alternatif, de pop, de r&b, de funk et de blues. Des chansons qui racontent l’hypocrisie crasseuse de la politique, la peur constante que le ciel nous tombe sur la tête, constat qu’il a eu lors d’une discussion avec sa fille Harper, l’amour toxique et dévastateur et ce besoin de vivre à toute allure sa vie sans oublier un hommage à son ami Lemmy de Motörhead. Sur des arrangements rock bruyants et intrépides qui sonnent comme une tonne de briques entre les Kiss, Motörhead, David Bowie, Paul McCartney et Pink Floyd.

23-Louis-Jean Cormier-Le ciel est au plancher

12 pièces pop électro qui muent dans des sonorités de jazz qui cimentent les fondations de sa musique aérienne
avec des échantillonnages cinématographiques encore une fois sans guitare. Louis Jean Cormier offre un film émouvant fait de chansons qui raconte un voyage déconcertant avec comme fil conducteur le décès de son père qui sonne comme une rupture brusque qui nous apprend à recoller les morceaux et à continuer sa trajectoire avec tous les souvenirs que ça comporte.

22-Ariane Moffatt-Incarnat

12 pièces pop minimalistes dépouillées qui tournent autour d’arrangements simples et inaltérables de piano et de synthé sur des cordes étincelantes arrangées par Antoine Gratton. Dans une  poésie franche et imbibée de passion qui raconte le voyage au cœur de la beauté de l’inspiration ,mère de tous les artistes et créateurs, surtout en ce moment et l’espoir ce sentiment qui peut être contradictoire mais qui nous garde animé lors des moments qu’on croit sans issue.

21-Elliot Maginot -Easy Morning

9 pièces dans un folk acoustique porté par des instrumentations colorées faites de musiques africaines et de pop classique tout en nuances qui continuent de défier les frontières de sa créativité. Maginot s’aventure dans des chansons sur le pardon à nous-mêmes et les autres, l’art du lâcher prise pour ne pas tomber dans le piège de la noirceur, la foi qui nous pousse dans d’autres chemins par instinct de survie.

20-Simon Leoza- Albatross

10 pièces  instrumentales néoclassiques vertigineuses avec de l’électro. Ses pièces originales passent de l’intensité imposante au moment dénué de tout artifice, ce qui crée une forteresse d’émerveillement. Simon Leoza redéfinit son univers en s’inspirant de ses voyages et ses moments de contemplation : entre  vent et marées, beauté, authenticité et vérité s’entremêlent pour donner un spectacle époustouflant qui nous submerge d’images de grande beauté.

19-Patrice Michaud-Grand voyage désorganisé

11 pièces dans un mélange tissé dans le pop-rock,  la nostalgie ambiante des années 70 , le vertige orchestral  
(arrangement signé par le maestro Antoine Gratton), de l’électro et un peu de funk-soul  pour orienter les ailes de l’avion  vers des contré vastes et imaginaires. Michaud nous transporte dans des chansons sur l’amitié, sur l’amour qui fait peur, qui fait plonger  dans l’inconnu, ces souvenirs de jeunesse; donc, nous sommes cascadeurs, et  ce grand voyage désorganisé que peut être la vie. Avec un dose d’images fortes qui résonne comme un film en Dolby Surround.

18-Jon Batiste-WE ARE

13 pièces dans un amalgame vivant et coloré fait de Marvin Gaye, de Stevie Wonder, avec la folie de Thelonious Monk
et un soupçon hip-hop d’Anderson Paak. Dans des arrangements entre les sonorités modernes du néo-soul et le parfum du rétro fait de jazz, de R&B, de gospel, de blues et la musique louisianaise cuivrée. Des chansons qui racontent la trame de sa conscience sur ses racines et le besoin en tant que musicien d’apporter sa lumière avec ses expériences en tant qu’homme noir en Amérique. Tous ses combats en tant qu’activiste , sans tomber dans l’amertume, Baptiste tente d’insuffler sa propre version de ses réponses à travers ses grooves éclatants et irrésistibles.

17-The Franklin Electric-his Time I See It

10 pièces indie-pop folk opalescent qui brille fort à travers ses guitares acoustiques qui résonnent comme un doux secret. Une œuvre douce, éloquente, et avec un message radieux qui nous remplit de sérénité, malgré la mélancolie qui y réside. Rassurant comme le soleil d’automne; le meilleur de la part de The Franklin Electric.

16-Émile Bilodeau-Petite Nature

15 pièces dans un pop-folk-rock festif, éclaté et engagé qui porte le crachoir sur la condition humaine. Bilodeau, le Robin des bois des artisans de la chanson d’ici, s’adresse à toutes les générations et porte son message à haute voix qu’il va falloir faire des changements et ouvrir notre esprit dans notre société pour atteindre une paix intérieure et donner un vent d’espoir à l’humanité.

15-Zac Brown Band-The Comeback

15 pièces dans un country sauvage traditionnel faites de rock, de blues folk, d’americana, de bluegrass influencées par les années 90  et des clin d’œil aux héros comme Bruce Springsteen, Tom Petty, Bill Withers et  Billy Joel. Zac Brown Band livre sa collection de chansons la plus personnelle qui raconte la résilience collective en temps post-pandémique et plus. Avec sa musique festive et humaine, Zac Brown Band nous ralie et nous rappelle qu’ensemble on peut s’en sortir par la thérapie de la musique.

14-The War On Drugs -I Don’t Live Here Anymore

10 pièces fait de son heartland rock habituel avec du indie folk entre le Dylan et Springsteen et ses vagues électros subtiles eighties qui emporte les mélodies un peu partout comme un roadtrip dans l’âme. Adam Granduciel concentre ses paroles sur la route cahoteuse de la vie sur un ton introspectif, son rôle de père et son père, ses amours qui part en vrille, les souvenirs  comme des vagues en haute mer sans oublier l’acceptation de tous les trébuchements pour embrasser la beauté de la vie.

13-Charlotte Carding -Phoenix

13 pièces entre électro-pop sensible et soul moderne et grandiloquente La jeune femme de 26 ans arrive avec des chansons ogives pop significatives qui chamboulent et qui racontent un désir viscéral de se libérer des versions d’elle-même pour ne faire qu’un. La peur de perdre du temps dans la vingtaine, les relations ami-amant qui finissent par devenir fades, sa place en tant que femmes en société, l’angoisse qui tord de douleur.

12-Robert Finley-Sharecropper’s Son

10 pièces soul sudistes et de blues marécageux avec du country gospel qui transperce l’âme. Avec sa voix déraillée comme le train de sa vie, nous ouvre la porte de ses souvenirs de fils de métayer, son travail dans les champs de coton, sur son éducation difficile, la persévérance pour atteindre ses rêves, sa guérison par le sauveur. Un album de soul blues courageux et organique qui touchera le plus profond de votre cœur.

11-Daniel Lanois-Heavy Sun

11 pièces dans un soul électro avant-gardiste et du gospel traditionnel sur des chansons empreintes d’espoir et de tristesse qui gravitent autour d’un message inspirant de résilience. Lanois continue son exploration dans une musique qui atteint des dimensions de beauté insoupçonnable.

10–Sting-The Bridges

10 pièces dans une collection éclectique de pièces rock, folklorique british, pop , jazz et classique. Des chansons en guise de pont entre les générations et bâtisseur d’espoir pour la suite des choses avec comme métaphore très présente l’eau et son courant comme la vie. Il chante également le Brextit, la vie et la mort, l’amour rayonnant, ces lieux depuis 1974 qui ont forgé son ADN artistique, les perturbations sociopolitiques. Le meilleur depuis de The Soul Cage.

9-Elbow-Flying Dream 1

10 pièces dans une musique  alternative qui  chatouille la pointe des pieds et qui carbure à la nostalgie sur des notes entre le jazz frémissant , le rock chatoyant  et le progressif agile qui s’installe  plus lentement dans votre esprit
mais une fois faite ,l’expédition est romanesque et de toute beauté. On délaisse les arrangements rock raboteux et orchestraux  pour laisser   place à une collection de   balades moelleuses et réconfortantes  creuser dans des   rythmes  introspectif et intimiste  qui nous ramène dans un époque entre le Talk Talk, Van Morrison et Peter Gabriel.

8-AHI-Prospect

10 pièces dans une pop soul folk humaine et engagée avec des envolées gospel qui donne la chair de poule. AHI offre des chansons puissantes empreintes d’empathie et de réflexions sur la vie, l’injustice, la violence de notre époque, son rôle dans la société, la perte tragique d’un être cher, l’amour et la dévotion. Avec sa voix immense, vulnérable, rocailleuse comme la vie peut l’être, AHI laisse la lumière entrer dans ses mélodies en mode urgence de vivre. Sur des arrangements minimalistes de pop soul folk qui donnent ce sentiment de réconfort et libération au fond de nous lors de l’écoute.

7-Ben Howard-Collections From The Whiteout

14 pièces qui incorporent un mélange mid-tempo d’électro ambiant et de folk onirique qui fait voyager le corps et l’esprit. Sur des chansons qui s’adresse à Anna Sorokin, la Russe condamnée à la prison aux États-Unis pour se faire passer pour une riche mondaine, ses histoires d’amour tordues dans le miroir de sa vie. Cette facilité avec laquelle les gens sont attirés par la violence et l’animosité sans raison pour le simple plaisir malsain de créer le chaos.
Dans une plume tranchante et dégourdie faite d’humour noir et de grandes questions.

6-Manchester Orchestra- The Millions Mask Of God

11 pièces de indie rock costaud et luxuriant  et de ballade folk acoustique cimenté  par des arrangements cordes qui viennent mettre en avant plan la magnificence de leur mélodies.  des chansons inspirées sur ces événements qui changent tout le courant de notre vie,l’engagement à vie envers une autre personne, la paternité, le deuil,le avant et après  la mort , sur une plume lugubre tout comme leur musique qui prend une ambiance tourmentée et poignante.

5-Frank Custeau-Xénial blues

10 pièces entre le folk et le rock n roll des années 70 et 90. C’est un album graveleux et audacieux qui va dans le vif du sujet, c’est-à-dire changer le monde avec le rock n’ roll. Entre Bleu Jeans Bleu, Joe Dassin, Fred Fortin, Pépé et sa guitare et Robert Charlebois.

4-The Tea Party –  Sunshower

5 pièces faites de rock alternatif, de blues, de rock progressif et de parfum du Moyen-Orient surnommé « Moroccan Roll ». Cette signature de la bande depuis Splendor Solis (1993). Le nouvel EP se veut un hybride instinctif et mélodique entre Splendor Solis (1993), The Edge Of Twilight (1995) et The Ocean At The End (2014). Un album de morceaux emblématiques rock mythiques, puissants qui groovent grave jusqu’au tréfonds des abîmes.

3-Architects- For Those That Wish To Exist

15 pièces dans un mariage brutal de metalcore progressif et de hard rock puissant et mélodique. Cet album d’Architects offre des chansons engagées sur des thèmes de l’apocalypse à nos portes, l’avenir de notre planète et notre rôle dans la situation, un wake up call pour l’humanité afin de se lever et lutter pour notre survie, pour sortir des limbes et focaliser sur l’énergie positive.

2-Luc   De Larochellière-Rhapsodie Lavalloise

12 pièces faites d’un folk ingénieux dans des chansons qui explorent l’enfance du petit kid de 10 ans en 1976 à Laval des-Rapides.Là où l’imagination de Larochellière grandit sans frontière. Un scrapbooking de l’âme imprégnée d’histoires vraies, de bouts de légendes urbaines et de crises existentielles gravées au fond de sa plume
et de sa guitare à proximité de sa voix posée et triste. Passant de la maternelle, l’énigmatique fille dans un char noir, un enfant dans la piscine, les rides de vélo aux chemises d’Artagnan.

1-Salebarbes -Gin à l’eau salée

10 pièces faites de cajun, de rock avec du blues et du country tempétueux qui swingne la compagnieune collection de remakes américains casse-cou, mais efficaces et des compositions originales faites de plaisir au nom d’une musique riche qui transforme la vie banale en extraordinaire. Entre les îles de la Madeleine, La Nouvelle-Orléans et la Louisiane, Salebarbes est là pour rester.  La quintessence de l’essence du party.