L’émission L’autre midi à la table d’à-côté permet aux téléspectateurs de découvrir leurs vedettes sous un jour différent. Si au premier épisode, on a pu en apprendre davantage sur Martin Matte et le sujet tabou qu’est l’argent, ce coup-ci, c’était au tour de Nathalie Simard de se confier en toute franchise.

En discussion avec Guylaine Tanguay, également invitée, Nathalie Simard est revenu sur les périodes difficiles de sa vie qu’elle a vécues. Cette dernière a raconté que sur le plan mental ç’avait été très rough ! Elle a même confié s’être frappée le visage à plusieurs reprises.

 « Je m’en voulais d’avoir laissé ça aller, puis je me souviens des fois aller, j’avais une petite érablière, qui était vieillie, qui était plus fonctionnelle du tout quand j’étais à Granby, puis que j’allais me cacher là, je me recroquevillais et je me fessais la tête sur les murs », a-t-elle ajouté

L’artiste a rappelé qu’elle a souvent eu des pensées suicidaires sans jamais avoir passé à l’acte et que c’est sa fille qui lui a permis de rester en vie et de traverser ces dures épreuves. « C’est ma fille qui m’a gardé en vie. Ça a été ma motivation première dans toute ».

Elle est revenue sur son procès contre Guy Cloutier. Elle a expliqué qu’on lui avait proposé de piéger son agresseur. Mais pour réussir ce coup, la chanteuse a dû demander un affidavit. Selon ses dires, Cloutier, « qui s’est traité de monstre » a « avoué tous ses crimes » en près de 3 heures.

Rappelons que Guy Cloutier a purgé 42 mois de prison, trop peu d’après l’artiste.