Ce soir aura lieu le gala des Olivier diffusé sur les ondes d’Ici Radio-Canada Télé. Le journaliste Marc Cassivi a profité de l’occasion pour discuter avec l’humoriste Mariana Mazza le 1er décembre.

Dans l’entretien accordé à La Presse +, elle nous a fait part de son opinion sur le milieu, précisément sur la « gauche » humoristique. Mazza a raconté qu’il y avait, selon elle, des humoristes qui croient que l’humour ne doit pas être absolument drôle. « On n’est plus obligés de mettre des jokes dans nos shows. Je comprends. Mais en même temps, c’est un show d’humour ! Tu peux mettre des jokes intelligentes. T’es pas obligé de puncher aux trois secondes, mais s’il n’y a pas de jokes, je suis désolée, ce n’est pas un show d’humour », a-t-elle indiqué à La Presse +.

Selon ses dires, certains humoristes pensent que le type d’humour qu’ils font est « trop intelligent pour être populaire ». Elle a indiqué qu’il s’agissait de condescendance. « Ce sont des gens brillants, qui ont des idées et qui pourraient changer des mentalités. Ils pourraient aider des gens ignorants, qui n’ont pas d’éducation et de culture, mais ils décident de rester entre eux. C’est dommage », a-t-elle révélé. Mazza a précisé que le problème n’est pas ceux qui n’ont pas saisi, mais bien ces humoristes condescendants !

Plus loin dans l’entrevue, elle est revenue sur le fait que le gala des Olivier l’avait snobée l’an passé. La jeune femme a avoué qu’elle s’était fixée des attentes trop grandes. « J’ai été irritée pendant un certain temps… », a-t-elle dit à Marc Cassivi.

Elle a revu ses attentes pour les prochains galas des Olivier. « Dorénavant, pour tous les galas à venir, je vais prendre une ou deux coupes de vin et avoir du plaisir. Fuck off ! »

Pour lire l’entrevue au complet