Bien qu’on s’approche tranquillement de l’été et que MC12 aimait bien nous faire danser, les musiciens se sont adoucis en présentant une pièce réconfortante (intitulé Sans mot) qui vous fera du bien dans cette ère de confinement.

« Sans mot est une chanson née un mardi matin dans mon studio avec le soleil. J’étais sur le piano, j’ai fait des accords, un peu, nostalgiques. Je suis allé chercher des accords à la Harmonium et dans ce style-là. J’ai fredonné une mélodie, soit celle du refrain. En studio avec Jérémy, on a “brainstormé” sur des sujets sur lesquels on pouvait chanter la chanson. Je lui ai dit que ma blonde était à distance pendant un an (à New York plus précisément), alors faisons un texte sur l’amour à distance. Il est parti avec ça, tandis que moi j’ai fini la mélodie de la chanson (le volet composition) avec mon partenaire Louis Côté », s’est exclamé Benjamin Nadeau d’entrée de jeu.

« Avec tout ce qui se passe en ce moment, le timing est parfait. Les gens peuvent l’écouter en pensant aux gens qui sont loin. Ce n’est pas une chanson seulement pour l’amour blonde/chum, c’est une chanson que les gens peuvent écouter et l’interpréter à leur manière. »

Comme les radios et les gens en général pensaient que MC12 étaient juste capable de faire des chansons upbeat pour plaire, les membres du groupe voulaient avoir un son plus mature afin de casser le moule préétabli et démontrer qu’ils peuvent apposer une charge émotionnelle dans sa musique : « On est capable de transmettre des émotions à travers d’une chanson et non seulement de faire danser les gens. On s’est inspiré beaucoup de Post Malone, des Beatles, de vieux bands et d’artistes modernes dans l’esthétique sonore. »

Ce qui le rend le plus fier à propos du nouvel extrait, c’est sa maturité sonore et sa charge émotionnelle : « Il y a beaucoup de gens qui me disent que la pièce les touche beaucoup. Ça me rend extrêmement heureux. Quand tu composes une chanson, ton but c’est que ça touche les gens. Quand tu as un feedback positif, c’est une belle motivation d’en refaire d’autres. »

En guise de comparaison, on a voulu comparer les réactions entre le succès Time (paru en 2018) et Sans mot. S’il reconnait que la première était une belle continuité de Never Felt That Way, Nadeau a fait un constat à l’avantage de la deuxième : « Time était plus une chanson que les radios allaient jouer, mais que les gens n’allaient pas nécessairement écouter dans leur IPod, ce n’est pas une chanson comme Sans mot que les gens vont mettre sur des “playlists” pour les écouter en faisant leurs devoirs et en allant marcher. »

À la recherche d’un lieu particulier pour le vidéoclip

Benjamin Nadeau, Jérémy Plante et Samuel Jalbert-Raymond (les trois membres de MC12) sont partis sur la route avec un caméraman et un photographe à la recherche d’une place qui ne donne aucune indication où est-ce qu’ils sont, soit un lieu épuré, vaste et grand : « On a trouvé ce lieu un peu plus loin que Rivière-du-Loup, on a roulé cinq heures. On a installé nos trucs et on l’a tourné d’une façon très improvisée. »

Patience si vous voulez vous procurer un album

« On est plus dans la nouvelle ère de faire des singles. On sort des singles, on suit le courant et on fait, un peu, ce qui nous tente. On voit les directions artistiques dans les gros artistes internationaux, mais elles sont moins présentes en ce moment. Par exemple, The Chainsmokers se promènent de gauche à droite et ils font ce qu’ils veulent. Et nous, on veut juste faire ce qui nous interpelle, transmettre des charges émotionnelles aux gens qui nous écoutent, transmettre des émotions et faire vivre des choses aux gens ; que ce soit pour danser, être happy, être triste, en allant prendre l’autobus ou en train de relaxer dans son lit le soir. La direction artistique va venir complémenter le sujet ou le but de la chanson », s’est-il exclamé avant d’ajouter qu’il préférerait faire un album regroupant tous leurs extraits radios au lieu de la forme classique.

Le succès instantané de Never Felt That Way

« Quand on a lancé Never Felt That Way (en 2018), on n’avait jamais pensé que ça allait exploser comme ça. » Ça n’a pris que quatre petites semaines avant que leur premier succès soit “embarqué” en rotation forte dans les quatre plus grands réseaux de radios au Québec. Les trois gars de Saint-Étienne-de-Lauzon ne s’attendaient aucunement à une telle réceptivité de la part des radios.

Le souhait de MC12

« C’est de toucher le plus de gens possible. D’essayer de se démarquer musicalement au Québec. D’avoir une sonorité, un peu, plus internationale avec des paroles en français. C’est tout un défi, mais je pense que c’est notre objectif. C’est de faire vivre des émotions que ce soit pour danser, pour avoir du plaisir ou pour être pensif. On souhaite que Sans mot rentre dans le plus de radios que possible pour toucher le plus de gens possible », s’est exclamé Benjamin Nadeau de MC12 pour conclure l’entrevue.

Crédit photo : Courtoisie