C’est aujourd’hui que la Cour suprême tranchait le litige qui opposait Mike Ward à Jeremy Gabriel. Elle a penché en faveur de Mike Ward et de la liberté d’expression !




Le plus haut tribunal au Canada a mentionné, dans sa décision dévoilée par le Journal de Montréal, que même si Mike Ward « prononce des méchancetés et des propos honteux liés au handicap de M. Gabriel », les propos de Mike Ward « n’incitent pas l’auditoire à traiter celui-ci comme être inférieur », peut-on lire.

Cette victoire est toutefois « serrée », « car si la majorité des neuf magistrats de la Cour suprême -dont le juge en chef Richard Wagner- lui ont donné raison, quatre d’entre eux auraient maintenu sa condamnation », a écrit le quotidien montréalais.

Les juges dissidents ont mentionné que « les justifications avancées par M. Ward, à savoir qu’il n’avait pas l’intention de discriminer, qu’il traitait Jérémy Gabriel comme n’importe quelle autre célébrité et que sa liberté artistique en tant qu’humoriste lui conférait le droit de se moquer d’’un enfant handicapé, sont dénuées de fondement juridique ».

Ils ont également rappelé que « ses blagues sur sa tentative de noyer M. Gabriel s’inspiraient de stéréotypes pernicieux voulant que les personnes handicapées soient des objets de pitié et des fardeaux pour la société dont on peut se débarrasser ».

Mais la liberté d’expression a penché dans la balance.

Le verdict rendu met fin à une saga qui a plusieurs années. L’humoriste n’aura donc pas à payer les 35 000 dollars que réclamés par Jeremy Gabriel.

Source : Journal de Montréal