Une belle-mère malade, un Yannick plus présent à la maison, un oncle envahissant, un père qui ne rajeunit pas et des collègues forcés de quitter leurs bonnes vieilles pantoufles, ça va se chambouler dans la vie de Léo lors de la deuxième saison qui sera offert dès le 28 novembre sur Club Illico. Voici une entrevue avec le comédien qui a décroché le prix du meilleur premier rôle masculin dans une comédie lors des 34e Prix Gémeaux pour son sympathique personnage, soit Fabien Cloutier.

Qu’est-ce qui se passera dans cette deuxième saison ?

Saison 1 : Se faire une blonde et se trouver une job, c’est fait. Léo a l’impression que la vie sera plus simple, mais ce n’est pas ça. La vie, elle se charge de nous faire arriver des choses et de tout bousculer. Il y a beaucoup de choses qui bougent autour : la belle-famille, sa famille et le travail.

Il aimerait que ce soit plus simple, mais il doit continuer à avancer à travers de ça et se laisser prendre par tout ce qui se passe autour. Il voulait que ça change dans la saison 1, mais dans la saison 2, il voudrait juste que ça arrête de changer.

De nouveaux personnages se joindront à l’équipe…

Les beaux-parents qui débarquent. C’est un moment important un gendre qui rencontre ses beaux-parents afin de connaître la situation familiale. Des parents qui se fixaient des objectifs différents pour leur fille ; ils imaginaient leur fille avec un autre genre de gars qu’un ouvrier. Il y a la réalité de Yannick (Jean-Michel Girouard) qui continue d’être exploré.

À la shop aussi, il y a un nouveau patron qui vient changer le monde. Ça vient changer les méthodes de travail, c’est extrêmement concret. Du monde qui voyage ensemble le matin qui ne peut plus voyager ensemble … Une gang de gars qui ne prennent plus leur pause ensemble… Ce n’est plus aussi simple que ce fût à l’usine. Il a son oncle aussi qui débarque et qui vient bousculer la vie de son père. Ça brasse autour de Léo, mais ça le fait brasser lui-même aussi.