Parmi les deux duels proposés par Pierre Lapointe dimanche dernier (22 mars), l’enjouée Catherine Picard et la « nonchalante » Flora Stein ont croisé le fer au rythme de Lovely de Billie Eilish. 

Quand Flora Stein a entendu la voix de Catherine pour la première fois, elle a réalisé qu’elle allait faire face à une adversaire de taille : « Au début, ça m’a stressé. Après ça, Pierre Lapointe nous a rassuré en nous disant qu’il ne fallait pas voir ça comme un duel, mais vraiment plus comme un duo. En ayant cette optique-là, ça créé de l’excitation et j’avais hâte de donner un bon numéro parce que je savais qu’on pouvait donner de quoi de très solide. »

La chanson sélectionnée par Pierre Lapointe

Plus souvent qu’autrement dans les duels, il y a un(e) candidat(e) qui connait la chanson tandis que l’autre ne la connait pas. Dans le cas de Lovely, c’est Catherine Picard qui flottait sur un nuage à l’idée d’attaquer cette pièce de Billie Eilish tandis que Flora ne la connaissait pas : « Billie Eilish, c’est une artiste que j’aime vraiment énormément. J’étais vraiment contente d’interpréter Lovely. J’avais peur d’avoir une chanson que je ne connaissais pas. J’étais contente, je connaissais la chanson et je l’aimais. C’est une chanson un peu dark, il y a une certaine interprétation à aller chercher. Vu que j’aime tellement cette chanson-là, je n’étais pas inquiète devant le défi à atteindre », s’est exclamée la cadette.

Comme Flora est davantage une chanteuse pop, elle considère que Lovely avait un degré de difficulté élevé : « C’est une chanson pop, mais très lyrique. C’est une pièce que tu vas garder la note très longtemps et prendre de grandes respirations pour être juste. Elle est d’un style que je n’ose pas faire souvent. J’ai vraiment aimé avoir ce défi parce que je suis là pour apprendre. Je savais qu’elle allait m’apporter quelque chose de bénéfique et que j’allais devoir travailler. Comme je suis habituée de faire du théâtre musical, je suis plus dans le parlé-chanté. Et là, c’était chanté-chanté très mélodique avec des longues phrases. »

Changement des harmonies

Pendant les répétitions, Flora a mentionné à son coach que la construction actuelle de la chanson ne lui rendait pas justice parce qu’elle n’avait pas la chance de montrer tout ce qu’elle avait; les harmonies ont été corrigées en conséquence. Rendue aux répétitions sur la scène, Catherine lui a dit : « Sais-tu quoi? Moi aussi, je me sens comme je n’en ai pas assez. » Malheureusement, il était trop tard pour modifier les harmonies vocales des deux concurrentes.

Questionnée sur la qualité de son interprétation, Catherine est revenue sur ce point : « J’étais un peu déçue parce qu’on a eu une pratique dans laquelle on a changé des harmonies. De ce fait, Flora avait toujours les harmonies plus aiguës et moi je chantais les plus graves. Au début, on se « switchait ». Je suis déçue de ne pas avoir parlé et de ne pas avoir dit que j’aimerais, au moins une fois, faire les aiguës. J’ai l’impression que je n’ai pas pu montrer tout mon potentiel. J’aurais pu, moi aussi, faire de grosses notes et casser la baraque ».

Le in-ear de Catherine

Pour la deuxième fois depuis le début de mes entrevues de La Voix 8, un candidat m’a parlé de son in-ear. Après Clément Jacques, c’est au tour de Catherine d’avoir été marqué par le petit gadget qui permet d’entendre uniquement le son du band, des micros ainsi que sa propre voix : « J’avais jamais mis de in-ear avant. C’était la première fois que je mettais ça, j’ai vraiment trippé là-dessus. D’après ce que j’avais entendu avec les autres candidats, tout le monde en avait déjà mis. Je ne m’attendais pas à ça, on dirait que ça faisait plus réel, j’ai trouvé ça cool. »

La nonchalance de Flora

Quand il a annoncé la gagnante du duel, Pierre Lapointe a mentionné qu’il aimait la nonchalance de celle-ci. Même si Flora avoue qu’elle se fait souvent dire qu’elle est très passive et très nonchalante dans la vie, elle ne se doutait pas que c’est elle qui était la personne visée : « J’étais surtout curieuse. Est-ce que j’ai bien compris que c’est vraiment positif ? Après ça, je me disais que ça devait être positif s’il m’a choisi. Habituellement, ce n’est pas quelque chose de très positif. Je ne savais pas que ma nonchalance pourrait m’apporter autant. Quand je regardais les autres personnes dans l’équipe, on a tous ce genre de nonchalance dans notre personnalité. On est tous là parce qu’on aime tripper et jammer, cette énergie, un peu, hippie qui nous unit. »

L’espérance du vol

Quand elle a rejoint sa famille après avoir obtenu son laissez-passer, Flora espérait de tout cœur qu’un des coachs allait voler sa complice de scène : « Ça m’a vraiment fait de la peine. Elle a beaucoup à offrir, elle a une voix originale et elle a un look intéressant. C’est une artiste qui mérite d’être découverte. De continuer sans elle, ça m’a fait un pincement au cœur. Elle n’avait pas assez confiance en ses capacités étant donné qu’elle ne sait pas à quel point elle est talentueuse. »

De la façon que Marc Dupré regardait Catherine lors de son duel, celle-ci avait l’impression qu’il allait la voler si Pierre ne la gardait pas dans son équipe. Après avoir réclamé Petitom, Dupré ne pouvait malheureusement pas revenir sur son choix : « De la manière qu’il me regardait, je le sentais que Marc allait me voler. On était tellement persuadée qu’on serait prises toutes les deux que je ne croyais pas que ça allait être fini. »

Le souhait de Flora Stein

Ce que Flora Stein souhaiterait, c’est de toujours rester vraie envers elle-même, de toujours respecter ses valeurs et d’avoir du plaisir dans tout ce qu’elle entreprend musicalement. En ce moment, elle travaille sur un EP avec des sonorités hip-hop et r&b : « Je veux quelque chose d’original et de funky avec des mélodies intéressantes comme on peut voir sur la chaîne YouTube Colors. De plus, je travaille beaucoup avec un de mes amis, on fait de la musique house. » Une fille éclectique, quoi !

Pour découvrir davantage Catherine Picardvoici une entrevue réalisée avec elle après son audition à l’aveugle