Dimanche dernier, Star Académie a commencé les éliminations des candidats. Le premier délogé a été Olivier Faubert. Dès le lendemain de son entrée à l’Académie, il a dû faire ses preuves devant les professeurs. Malheureusement, sa propre composition n’aura pas réussi à les convaincre. Il a été mis en danger au côté de Maëva et de Shayan. Il a dû se remettre rapidement de ses émotions pour décider quelle chanson faire lors du gala de variétés et travailler fort avec les professeurs pour nous livrer la meilleure prestation possible.

Carolann Samson : Olivier, parle-moi de la chanson que tu as choisie et pourquoi.

Olivier Faubert : Tenir debout, ce n’était pas mon idée initiale, je pensais la faire plus tard dans l’aventure. En même temps, je suis fier de l’avoir chanté finalement. C’est la chanson qui représente le mieux la personne que je suis et mon état d’esprit. J’ai voulu toucher des cordes sensibles, rejoindre le plus de gens possible.

Incarnant le Petit Prince à 11 ans, Olivier ne cache pas avoir sombré dans la consommation par suite. C’est avec fierté qu’il s’en est sorti, qu’il se lève chaque matin remerciant le ciel d’être encore en vie. En sachant cela, on comprend encore mieux toute l’émotion qu’il avait pendant sa prestation ce dimanche. Nous regardant dans les yeux, à travers les caméras, pour nous donner un peu de sa force et de son courage. C’était important pour lui de chanter en français pour faire honneur à notre belle langue. Sans viser personne, il trouve cela dommage qu’aucune chanson en français n’ait été gagnante depuis le début de cette édition.

O.F. : Je crois que c’est une nouvelle génération, une nouvelle mentalité. Les idoles des plus jeunes sont plus des stars américaines, ils sont donc plus à l’aise avec l’anglais. Moi, j’avais décidé de faire mon parcours seulement en français. Je trouve plus facile de transmettre l’émotion dans ma langue maternelle.

C.S. : Quel cours aurais-tu aimé suivre plus longtemps ?

O.F. : J’ai appris beaucoup musicalement avec Gregory Charles. Pour ma carrière, ça m’aurait surement aidé d’avoir eu plus de temps avec lui. Le cours d’Ariane aussi pour pouvoir créer plus à l’Académie. J’ai juste eu le temps d’avoir un cours d’introduction à la création. En même temps, je créais déjà beaucoup avant, ce n’est pas comme si j’avais des problèmes d’inspiration. J’ai assez de vécu pour deux, trois personnes, je vais pouvoir en faire des albums !

C.S. : Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour toi ?

O.F. : Le plus dur, c’est d’oublier les caméras. De devoir gérer ses émotions aussi rapidement, devant tout le monde ; c’est une chose à laquelle personne ne peut être préparé.

Après une discussion avec Lara Fabian, à la suite de l’annonce de sa mise en danger, il s’est donné le droit de pleurer, de vivre ses émotions pour pouvoir continuer d’avancer et de travailler sa chanson. Encore sur l’adrénaline de l’aventure, dans un tourbillon plein d’émotions, le chanteur de 29 ans est plus motivé que jamais à commencer sa carrière en musique.

Il a déjà du matériel qui ne demande qu’à être découvert par le grand public. Il a plusieurs cartes dans sa manche et c’est certain que l’on n’a pas fini d’entendre parler de lui. Avec une magnifique voix comme la sienne, sa sensibilité et sa capacité à transmettre l’émotion, il y ira loin, c’est certain !

Crédit photo : TVA Publications, Éric Myre