Depuis le 30 janvier, vous pouvez découvrir la nouvelle série dramatique/humoristique Germain s’éteint par la plateforme numérique d’ICI TOU.TV. Voici des entrevues réalisées avec l’acteur principal, Marguerite D’Amour et Nathalie Mallette lors du visionnement de presse qui avait lieu le mardi 29 janvier au Cinéma Moderne.

Marc-André Coallier

Qu’est-ce que Germain s’éteint ?

Au début, c’était une aventure qu’on a tous — autant les techniciens, les concepteurs que les comédiens — accepté de participer à un court-métrage de façon bénévole et enthousiasme. Après cette aventure, on a trouvé ça plate, car il y a assez de viande pour faire de quoi intéressant. Et le quoi intéressant est arrivé après et ça donné Germain s’éteint. C’est drôle parce que depuis que j’ai eu à faire un peu de promos, les gens n’arrêtent pas de me dire que ça fait 15-20 ans que je n’ai pas fait un rôle. Oui, c’est vrai, mais je n’ai pas arrêté durant tout ce temps-là. C’est comme si quand on ne te voit pas, c’est un peu comme avec la technologie. Quand tu n’es pas à la page, tu deviens obsolète. Est-ce que c’est ce que je vis présentement ? Je ne sais pas, mais ç’a été une belle aventure avec une gang de jeunes.

Comment peux-tu être un bon acteur dans cet univers dramatique et humoristique ?

On a joué la situation comme si elle était vraie, comme si Germain était victime d’une vraie maladie. On peut faire le lien avec la technologie, l’âge, la solitude, la maladie mentale, etc. Tout à coup, on se sent tout seul de notre gang et c’est ça qui arrive à Germain. Le clin d’œil va jusqu’à dire qu’il va s’éteindre, on ne dit pas mourir.

De revenir à l’écran sur la plateforme TOU.TV ; comment as-tu aimé l’aventure ? 

J’ai adoré ça, ça fait 15-20 ans que je n’avais pas tenu un rôle comme tel. Je suis propriétaire de théâtre, je fais des tournées et je produis des shows. Cependant, le théâtre c’est comme Germain, il n’est pas à la page, ni techno. Tu fais du théâtre, on ne te connait pas.

Est-ce que ça veut dire que je suis obsolète comme comédien ? Est-ce qu’on peut être obsolète parce qu’on n’est pas dans le bon média ? ICI TOU.TV, c’est comme la nouvelle affaire et cette série parle — justement — de quelqu’un qui est obsolète face aux nouvelles technologies.

Est-ce que tu penses être obsolète ?

Pas tellement, parce que je travaille beaucoup sur mon ordinateur avec les médias numériques et j’ai deux enfants. Je suis moins obsolète que Germain, mais je me suis reconnu là-dedans pareil.

Marguerite D’Amour

Est-ce que ton père (Normand D’Amour) t’a parlé de Marc-André Coallier avant le tournage ?

En fait, c’est plus ma mère (Pascale Montreuil) qui me disait qu’elle regardait Le club des 100 watts quand elle était petite. Ça l’a fait beaucoup rire ! Sur le plateau, j’ai montré à Marc-André plein de petits bouts que j’ai trouvés sur YouTube ; je lui mettais en pleine face et je lui disais qu’il était jeune là-dessus.

Est-ce que tu penses être obsolète (on peut présumer que non) ?

En effet, non ! Pour de vrai, ça dépend des trucs. Ce sont mes parents qui me montrent à faire des trucs sur l’ordi comme copier/coller. On est né avec des écrans dans les mains, c’est ce que tous les adultes disent tout le temps. Je trouve ça un peu plate d’être associé à ça. Oui — on est sur nos écrans, mais ça sert à plein de choses. Il faut juste bien l’utiliser, la technologie ne fait qu’avancer et ça va nous aider plus tard.

Nathalie Mallette

Qu’est-ce qui définit ton personnage ?

Mon personnage travaille au 411, c’est un service complètement désuet depuis que le téléphone intelligent existe. Ça fait 10 ans qu’elle attend que le téléphone sonne. Quand j’ai eu la première prémisse de mon personnage, j’ai tout de suite été séduite par cette idée. Elle est très en paix et très heureuse, malgré tout. Elle a beaucoup de résilience, elle accepte beaucoup le fait qu’elle ne sert à rien. Germain s’éteint, c’est un univers éclaté et loin d’un réalisme, je trouve qu’on s’y permet souvent en théâtre, mais je l’ai moins vécu au cinéma ou à la télévision.

Est-ce que cette série te redonne le goût d’être devant la caméra ?

J’ai toujours le goût de faire de la caméra. Durant 30 ans, je les ai enchainés, et même chevauchés. Toutefois, c’était la première fois que j’avais un si grand vide de caméra, c’était épeurant et j’étais doublement contente d’y participer.

Est-ce que tu penses être obsolète ?

J’espère que non (rires), mais on ne veut pas le devenir, car on veut rester à la page. De travailler avec de jeunes réalisateurs et metteurs en scène en théâtre, je trouve ça vraiment chouette et ça va m’aider à ne pas devenir obsolète.

Vous voulez découvrir des punchs afin de vous donner le goût d’écouter Germain s’éteint… C’est ici que ça passe !

Marguerite, tu dis une réplique loufoque concernant Taylor Swift…

Ça m’a bien fait rire, c’est le genre de trucs que j’aurais dit d’ailleurs. Je trouve qui a plein de petites phrases dans cette série-là qui sont accrocheuses comme ça. Sans oublier toutes les faces que je devais faire.

Marc-André, est-ce que tu te serais imaginé te réveiller — un jour — dans du riz ?

J’ai trouvé le gag très bon, on le joue très sérieusement et ça pousse l’absurdité jusqu’au bout. On peut voir ça comme une parodie, une parabole ou quelque chose de technologique — soit que ton cellulaire tombe dans l’eau, qu’il pogne de l’humidité et que tu vas le mettre dans le riz. Dans le cas de Germain, on le met dans le riz pour essayer de le sauver.