En octobre dernier, le Journal de Montréal nous apprenait que l’ancien candidat d’OD Grèce, Michael Henaf, avait décidé de trainer devant les tribunaux trois ex-participantes de la téléréalité ainsi que trois médias web pour un montant collectif de 100 000 dollars.

Voilà que le quotidien montréalais nous donne plus de détails concernant cette surprenante poursuite. On y apprend que le jeune homme va devoir dévoiler « tous les contrats en lien avec la participation à toute émission de téléréalité, tout contrat en lien avec son statut “d’influenceur” ainsi que ses déclarations de revenus, tant au Québec qu’en France, pour les années 2017 et 2018 », peut-on lire dans le JdeM.

Du côté des candidates poursuivies, l’une d’elles, Alexandra Cosentino, se demande si ces procédures ne sont pas simplement « dans l’unique but de se faire de la publicité, et ce, au détriment de la défenderesse », peut-on lire dans le protocole de l’insistance relayé par le JdeM.

Dans le cas des deux autres candidates, Karine St-Michel et Kassandra Bergeron-Thivierge, elles cherchent la raison pour laquelle elles devraient payer 90 000 dollars à titre de dommages-intérêts.

Rappelons que c’est le supposé « lapin » posé par le principal intéressé qui a été l’élément déclencheur. « Les défenderesses ont colporté des mensonges sur le demandeur via les médias sociaux, ceux-ci ont été repris par les médias électroniques », peut-on lire dans la poursuite, qui a été relayée par le JdeM.

Au sujet des trois médias web, ils n’ont pas essayé d’avoir la version des faits du jeune homme et cela aurait nui à sa réputation. Ce qui a été dit dans les articles serait « faux et diffamatoire ». Le jeune homme a indiqué que, en raison des commentaires désobligeants, la relation avec ses admirateurs « s’est grandement dégradée » et qu’il avait eu beaucoup de stress « pour sa carrière et sa réputation ».

Source : Journal de Montréal