Lors de la première de Mafia Inc. du 12 février à la Place des Arts, Pier-Luc Funk, Noémie Yelle et les filles de L’Académie ont défilé sur le tapis rouge. Voici des entrevues qu’on a réalisées avec eux pour parler de l’acteur principal de l’œuvre cinématographique (Marc-André Grondin) ou de leurs projets actuels.

Depuis novembre dernier, la série Fragile se retrouve sur la plateforme d’ICI TOU.TV EXTRA. Étant donné que Pier-Luc Funk partageait l’écran avec Grondin, on lui a demandé s’il en avait entendu parlé comme les deux tournages devaient être dans les mêmes eaux : « Il m’en a vraiment beaucoup parlé durant le tournage. Il a vraiment été bon pour ne pas me dévoiler de punchs. Ça fait quand même longtemps que j’attends de voir le film parce que Marc-André m’en parle depuis le début du tournage de Fragile. »

Est-ce que cette conversation incessante sur le nouveau film réalisé par Podz lui aurait donné envie de camper le rôle principal dans Mafia Inc. ? « Pour vrai, oui! Il m’a vraiment décrit de beaux rêves d’acteurs. J’aime les scènes d’action avec des guns et j’aime jouer ces scènes-là, j’aurais été gâté dans ce film »

Et des éloges pour son complice ? « En tant qu’acteur, c’est quelqu’un avec qui c’est tellement simple de jouer. C’est quelqu’un avec une grande écoute et un grand talent. Ce n’est pas un talent individuel, il n’est pas en train de faire ses affaires pendant que toi tu fais tes affaires. C’est le fun de travailler avec lui, il veut travailler avec les autres. C’est un chic type, c’est un gentleman de la comédie. »

Noémie Yelle, la mère de la jeune fille de 15 ans assassinée dans District 31

Un seul mot décrit ce que Noémie Yelle vit en ce moment, soit la chance : « C’est une chance incroyable, je tripe ma vie. C’est tellement un beau cadeau dans la mesure que Luc Dionne écrit vraiment à la mesure. Je ne savais pas combien de temps, j’allais être là. À la limite, je pensais être là pour une semaine. C’est un bonheur à jouer ; l’équipe est extraordinaire, les comédiens sont fabuleux et c’est que du bonheur », s’est exclamée celle qui s’est fait offrir le rôle qu’elle a accepté volontiers.

Un moment bien émouvant pour L’Académie

Cette semaine, la distribution de la série jeunesse L’académie a visionné la troisième et ultime saison (offerte sur Illico dès le 3 avril)  : « Je trouvais ça vraiment beau de penser que les jeunes vont regarder cette série-là. De saison en saison, le message de L’académie gagne en profondeur et en importance. Je trouve que l’ultime saison est comme l’aboutissement. Je me dis : Ah mon Dieu!  J’aurais aimé voir cette série-là quand j’étais jeune ; que tous mes amis et tous mes chums que j’ai eus la voient », s’est exclamée Marianne Fortier.

« On parle d’idées suicidaires, de trouble alimentaire, de sexualité et de consentement dans un couple. On parle beaucoup que ce n’est pas parce qu’on est en couple qu’il y a du consentement automatiquement. C’est comme de gros sujets qui ne sont pas assez abordés. Les comédiens le rendent tellement bien, c’est tellement ancré dans le réel que ça le rend accessible. Même si c’est des sujets lourds, je trouve que les comédiens le rendent près d’eux », – l’auteure-scénariste Sarah-Maude Beauchesne.

Comme la série s’améliore continuellement en ce qui concerne son contenu, est-ce que l’auteure s’ennuiera de donner vie à ses attachant personnages ? « Oui, je vais m’ennuyer parce que c’est mes muses. En même temps, j’ai écrit L’été d’après (le roman qui suivra la troisième saison). J’ai fait le tour, j’ai décortiqué tous les personnages et je pense les avoir amenés là où il fallait que je les amène. J’ai L’académie tatouée sur le pouce, ça va être pour la vie et je vais toujours m’en ennuyer ». Pour clore l’entrevue, Juliette Gosselin a attiré notre attention sur le tatouage de Sarah-Maude qui accompagne sa fourchette – quelques centimètres plus haut.