Ce matin, l’humoriste Rosalie Vaillancourt a publié un long message dans lequel elle revient sur ce qu’on peut appeler l’affaire « Julien Lacroix ». Elle a partagé sa vision des choses.

« Cette semaine a été toff. Julien était un de mes amis. Même si on s’était perdu de vue depuis les deux dernières années, c’était quelqu’un que je trouve tellement drôle. C’est sûrement un des humoristes qui me fait le plus rire. Il m’obligeait à me dépasser. Super travaillant. Sa vie étant son travail. Je n’ai pas l’impression d’avoir été victime de Julien. Je le trouvais juste fuc*ing lourd saoul. Ce qui m’a aidé à croire mon amie », a-t-elle écrit en entrée de jeu.

La jeune femme a avoué avoir reçu d’autres témoignages incriminants qui se sont produits lorsque Lacroix était au secondaire. Elle a également révélé avoir refusé de travailler avec l’humoriste depuis quelque temps. « J’avais peur de le croiser. J’ai essayé d’en parler à des gens, mais j’ai été tellement déçue. Des personnes que j’aimais profondément me disaient de me faire ou n’écoutaient pas », a-t-elle confié à ses abonnés Instagram.

Elle a souhaité « de tout cœur » à son ancien ami de trouver de l’aide et de se reprendre en main. « Je sais que c’était ce que je devais faire. J’ai sûrement perdu des contrats ou des fans dans les derniers mois, semaines et jours. Mais j’ai agi selon mes valeurs », a-t-elle précisé. Elle a terminé sa réflexion en mentionnant qu’elle n’accorderait aucune entrevue sur le sujet à un journaliste.