Vendredi, Stéphan Bureau, qui anime Le monde à l’envers, recevait sur son plateau l’humoriste Julien Lacroix !




Cette entrevue a généré beaucoup de réactions et la plupart n’étaient pas très positives. Tellement que le principal intéressé a réagi aux commentaires qu’il a reçus sur son compte Linkedln.

« Je constate depuis 36 heures en lisant les nombreux commentaires des téléspectateurs que plusieurs ont très sévèrement jugé mon travail. Il n’est jamais facile d’encaisser la critique, surtout quand elle vient de toutes parts. Impossible non plus de nier ce qui s’impose maintenant comme une évidence à mes yeux, je n’ai pas donné le meilleur de moi-même lors de cet entretien », a-t-il indiqué.

L’intervieweur a remis en question son processus journalistique en se qualifiant de « procureur » et de « directeur de conscience » et qui trouble son sommeil depuis l’entrevue. « Je pensais qu’il était difficile, sinon impossible, de faire entendre la voix de Julien, sa version des faits, sans qu’il traverse d’abord le mur du feu des questions les plus difficiles. Son expérience à lui, son bilan personnel ne pouvaient être entendus qu’après nous être d’abord acquittés d’un retour plus introspectif. J’en ai peut-être abusé ? Pire, j’ai probablement eu l’air d’un procureur. C’est là une posture que je dénonce chez mes collègues et qui trouble mon sommeil depuis. Je n’aspire pas à être un directeur de conscience, la mienne n’étant pas immaculée », a-t-il précisé.

Stéphan Bureau avoue toutefois avoir eu des regrets après l’entrevue. Il s’est excusé de n’avoir pas bien réussi à « ouvrir » la discussion sur les rapports entre les hommes et les femmes, surtout lorsqu’elles demandent des nuances. « J’en suis le seul responsable et je m’en veux puisque nous tenions là une occasion formidable de le faire », a-t-il mentionné.

Concernant le côté imbu que certains lui ont attribué, l’animateur a trouvé le mot blessant, mais il a admis qu’il « ne s’était pas aimé en regardant de nouveau l’entrevue ». Il a indiqué qu’il allait faire mieux la prochaine fois.

À LIRE :