Invité à l’émission Tout le monde en parle, l’ancienne vedette de RDS est revenue sur cet incident qui a mené à sa démission de la chaîne de télévision sportive. Il a avoué avoir menacé l’ex-animateur de radio Gary Daigneault.

L’histoire a commencé lorsque la vedette de radio du Saguenay a publié un message sur les réseaux au sujet d’un journaliste sportif dont les initiales sont S.L. et qu’il accusait d’être un prédateur sexuel. « Au départ, le message s’adressait à Stéphane Leroux, qui était un collègue à moi à RDS, mais au bout de quelques jours le nom a changé et c’est devenu S.L. Il aurait commis des actes auprès de cinq femmes dont deux étaient mineures », a-t-il raconté.

Leroux a réfuté les allégations qu’il a qualifiées de diffamatoires et il a intenté une poursuite. Avec seulement les initiales, les gens ont commencé à faire des rapprochements avec Stéphane Langdeau. « J’étais dans le salon des gens et si on n’a plus de photos, les gens peuvent faire des rapprochements », a-t-il expliqué.

Pendant une semaine, il a animé L’Antichambre sachant que les gens le pointaient du doigt. « J’ai vécu pendant une semaine, Guy A., avec une boule dans l’estomac, en animant L’Antichambre, parce que je savais que des gens me regardaient et disaient : “c’est lui le prédateur sexuel” », a-t-il confié.

Il a appelé Gary Daigneault pour qu’il retire les initiales de sa publication Facebook et indiqué le nom complet, car il était en train de détruire sa crédibilité et sa carrière. Mais Daigneault n’a pas voulu acquiescer à sa demande.

Il a ensuite pété un plomb et l’a menacé. « Je lui ai dit : “ tu as un grief face à Stéphane Leroux. Continue dans ton grief, c’est ton affaire à toi, mais retire les initiales et marque le nom au complet. Il a dit : ‘ non ’”. La conversation est devenue plus houleuse. Oui, je l’ai menacé », a-t-il avoué.

Il a admis qu’il a décidé lui-même qu’on le retire des ondes. « Pendant une semaine, j’ai vécu avec cette boule-là. […] J’ai choisi de me retirer. La crédibilité et l’intégrité, ça vaut mieux que n’importe quelle paye ».

Il a souligné que ce n’était pas le moment le plus glorieux de sa carrière de s’être emporté contre Daigneault. « Mais dans les circonstances, je suis juste un être humain. Et j’ai le droit, à l’occasion, de m’emporter quand on touche ma personne et mon intégrité », a-t-il raconté.

https://www.youtube.com/watch?v=vFdD-TQe86w

Photo : Ici Radio-Canada Télé